Cabanes, hôtels, cinéma… Ils chassent les punaises de lit

mar, 08. Jan. 2019

PAR KARINE ALLEMANN

SANTÉ PUBLIQUE. Philippe Pugin rentre de Paris. Depuis le mois de novembre, il s’est rendu quatre fois dans la capitale française avec sa chienne Fury, dressée pour détecter les punaises de lit. «Paris est infesté. On a fait des cinémas, des homes pour personnes âgées, des résidences pour SDF, mais aussi des hôtels de luxe. Dans un quatre étoiles, sur 340 chambres il y en avait sept ou huit de contaminées. Pour les cinémas, c’était quatre ou cinq sièges dans chaque rangée. Avec des séances dès 11 h jusqu’à 2 h, pour les punaises, c’est le paradis, elles sont nourries toute la journée et peuvent même choisir le menu!» Cette semaine, l’ancien dresseur professionnel pour l’armée suisse est en Lorraine, à Metz et à Nancy. «Avec cinq autres chiens que j’ai formés et leurs conducteurs, nous devons contrôler 2800 chambres sur les campus. Il paraît que les étudiants se font piquer, quelque chose de terrible.»

Le décor est planté. Et difficile d’évoquer le sujet sans une irrépressible envie de se gratter. Même si, la journée, on ne risque rien: les punaises de lit ne piquent que la nuit (lire ci-dessous). Philippe Pugin (Grandvillard) a passé toute sa vie avec des chiens. Désormais à la retraite, le Gruérien de 65 ans s’est tourné vers une autre spécialisation il y a environ dix-huit mois. «Avec l’augmentation des problèmes liés aux punaises de lit, j’ai commencé à former ma chienne Fury pour m’amuser. Un jour, un désinsectiseur genevois m’a demandé de venir tester des chiens achetés aux Etats-Unis (n.d.l.r.: c’est en Floride que les premiers «chasseurs de punaises» ont été formés) et dont les résultats n’étaient pas fiables. En effet, j’ai pu constater que les chiens n’étaient pas nuls, mais complètement nuls! Un juge international, présent lors des tests, a vu qu’avec Fury c’était vraiment possible de détecter même une seule punaise dans une pièce. Depuis, j’ai formé huit chiens en Suisse et il y a une forte demande pour des chiens supplémentaires. Ils restent le moyen le plus sûr et le moins cher pour détecter les punaises.»

Si, pour l’instant, «c’est silencieux dans les hôtels en Suisse», la région n’est pas épargnée par le fléau: «J’ai dû intervenir chez des privés à Albeuve, Montbovon, Broc, Romont, Flamatt, Guin… Mais attention: ce n’est pas une question d’hygiène. Il suffit que quelqu’un ramène des punaises d’un voyage à l’étranger, ou d’un bateau de croisière, et c’est parti. Il y en a principalement dans les grandes villes, dans les pays exotiques, mais aussi plus près de nous: c’est bien connu que les gîtes du chemin de Compostelle sont infestés. C’est aussi le cas des cabanes de montagne, et nous en avons même trouvé dans des hôpitaux en Suisse…»

Des cours au personnel

Pour les hôtels, un commentaire négatif sur internet est un fléau plus grand encore que les punaises de lit… Alors ils traquent régulièrement la petite bête. «Certaines grandes chaînes signent des contrats fixes avec des conducteurs de chien. Pour commencer, nous donnons des cours au personnel, pour savoir comment contrôler les chambres et comment gérer le linge contaminé. Certains hôtels nous demandent de passer une, deux ou trois fois par année. Il y a deux écoles: ceux qui nous disent d’entrer avec les chiens en passant par la réception, et qui vont jusqu’à écrire sur leur site internet que les chambres sont contrôlées contre les punaises de lit, et d’autres qui cherchent la discrétion. Ils nous demandent d’entrer par l’arrière et, si on croise du monde, de dire qu’on recherche des fuites d’eau.»

Philippe Pugin le rappelle, une piqûre de punaise n’est pas grave en soi. Mais tout le monde n’est pas égal quant à la réaction de son corps. «Cela peut aller d’un simple bouton, comme pour un moustique, à l’équivalent d’une brûlure. Mais la séquelle principale est psychologique. Certains font mal au cœur tellement ils sont perturbés après avoir eu des punaises. J’ai vu des gens dormir dans des hamacs ou se gratter sans arrêt.»

En ramener à la maison?

Et lui, n’a-t-il pas peur d’en ramener à la maison? «Les punaises ne viennent pas sur le chien. Et, si j’ai des doutes après une intervention, je me déshabille devant la maison, je mets mes habits dans un sac et je le laisse au congélateur pendant septante-deux heures. C’est le meilleur moyen pour tuer les punaises. L’autre méthode consiste à chauffer la pièce ou les affaires à 60 degrés pendant vingt-quatre heures. Mais c’est plus compliqué.»

Récemment, une femme s’est plainte auprès de la compagnie Swiss, pensant avoir été piquée lors d’un vol Zurich-New York (20 Minutes du 27 décembre). «Un de mes amis travaille en Allemagne pour une compagnie aérienne. Avec son chien, il contrôle les sièges de la business class. S’il y en a un de contaminé, il est remplacé. Mais il ne contrôle pas la classe économique, ça coûterait trop cher à la compagnie…»

On l’a compris, les voyages – dans des pays lointains ou proches – sont propices aux mauvaises surprises au retour des vacances. «Les pilotes de ligne américains utilisent désormais des valises avec un corps de chauffe, qu’ils branchent à une prise pour chauffer leurs affaires à 60 degrés. Pour l’instant, ça ne se sait pas encore. Mais je pense que, bientôt, celui qui a inventé cette valise va devenir très riche…» ■


Difficile de s’en débarrasser

Sur le site internet de l’Etat de Fribourg, le Département de la santé rappelle qu’une «infestation de ce parasite n’est pas dangereuse et que les punaises de lit ne transmettent pas de maladies». Reste qu’une recrudescence de cas est bien constatée ces dernières années. Et le phénomène a pris une large ampleur en France, où les professionnels de la désinsectisation ont recensé 200 000 lieux infestés en 2017. En 2018, le Ministère de la santé confirmait cette augmentation, avec comme explications probables «les voyages internationaux et la résistance aux insecticides» (Libération du 5 janvier). Quelques explications et mises en garde avec Philippe Pugin.

Quand les punaises de lit piquent-elles?
«Seulement la nuit. Ce qui les réveille, c’est le bruit de notre expiration, différente pendant notre sommeil. Le corps transforme davantage d’oxygène en CO2, les punaises le sentent et viennent piquer. Une punaise «nourrie» peut ensuite rester cachée une année.»

Peut-on les voir à l’œil nu?
«Pas la journée. En cas de doute, on peut se lever la nuit et éclairer à la lampe de poche. Les punaises se tiennent du côté de la tête de lit, ou dans les plaintes au plancher. Sinon, on peut aussi essayer de voir les traces de caca qu’elles laissent sur le sommier.»

Que coûte une intervention avec le chien?
«Pour un appartement privé de 3,5 pièces, sans le déplacement, je demande environ 150 francs. Parfois moins, en fonction des cas. Je suis dans les meilleur marché.»

Comment se débarrasser des punaises?
«C’est compliqué. Laver le linge ou les habits ne suffit pas. Pour les tuer sans produits chimiques, il y a la chaleur et le froid (lire ci-dessus). Quand un lit est infesté, je conseille de le brûler et d’en acheter un autre. Sinon, il faut faire venir un désinsectiseur professionnel (une liste des entreprises spécialisées se trouve sur le site de l’Etat de Fribourg). Même pour lui, c’est très compliqué de régler le problème.» Le prix d’une désinsectisation dépendra de l’étendue des nids de punaises et peut se monter à plusieurs centaines de francs. KA


«Le chien cherche son jouet»

D’abord conducteur de chien à l’armée, Philippe Pugin est passé instructeur. «J’ai travaillé quinze ans au Centre de compétence des animaux de l’armée à Berne. J’ai notamment formé le premier chien qui recherchait des explosifs en Suisse. Mais aussi des chiens pour la recherche de drogue, en cas de catastrophe ou des chiens de défense. Après le conflit au Kosovo, j’ai passé deux fois trois mois au camp Casablanca de l’armée suisse avec un chien de défense.» En compétition, son palmarès compte deux titres de champion du monde par équipes avec des chiens de catastrophe.

Comment forme-t-il ses partenaires pour la recherche des punaises de lit? «De la même manière que pour les explosifs ou la drogue. Peu importe la race, il faut des chiens qui aiment jouer, qui ne sont ni trop petits ni trop grands, pour pouvoir aller partout. Un chien ne voit pas très bien, tout est un peu brumeux pour lui. En revanche, son nez est l’équivalent des yeux pour l’humain. Au début, il faut qu’il soit complètement fou d’un jouet, que je cache un peu partout, dans des endroits toujours plus compliqués au niveau des odeurs. Puis je cache des punaises (n.d.l.r.: achetées en Angleterre, elles sont enfermées dans un petit tube qui laisse échapper leur odeur) avec le jouet. Au fur et à mesure, il assimile le jouet à l’odeur des punaises. En fait, aucun chien ne recherche une punaise ou un explosif. Ils recherchent tous leur jouet.»

Avec une particularité pour sa nouvelle spécialisation: «Je choisis des chiens vraiment sociables. Car nous nous rendons chez des gens, dans des appartements avec des enfants ou d’autres animaux. A Paris, dans un home, j’ai même dû contrôler le lit d’une dame qui ne pouvait pas se lever. Alors il faut un chien extrêmement calme.»

Et l’ancien militaire de mettre en garde: «Sur internet, on trouve de tout, chacun peut se déclarer spécialiste. Personnellement, je fais partie de la Bed Bug Foundation, créée par un biologiste anglais. Avec nos chiens, nous repassons des examens chaque année pour être reconnus. Dans la région, nous sommes trois à avoir la carte de la Fondation: ma fille Natacha Mooser et Axel Sidler, qui ont des chiens que j’ai formés. Et j’ai créé Fri Team Dog. Dès la rentrée, elle sera répertoriée comme étant la seule école en Suisse reconnue par la Fondation.» KA

Renseignements et liste des conducteurs agréés sur www.bedbugfoundation.org

Commentaires

Pour tout savoir sur le traitement des punaises de lit soluclick-punaise.fr/

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Mais c’est quoi le problème avec la piscine de Bulle?

En juillet, la ville de Bulle annonçait qu’elle reportait d’une année les travaux de rénovation de sa piscine extérieure. En cause: une procédure retardée par huit oppositions. Le bruit que pourraient produire la piscine et ses nouvelles infrastructures préoccupe.