Batoyichè d’on piti ban

En patois
En français

I chàbro a la ruva dè la dzà, a rinda la Trêma. Chu pâ on dè hou ban bin alekâ, invrenâ dè mégô è dè totè chouârtè dè ni k’on tràvè ora in vela. Chu fê d’on bou ruchto, è di kou, mè grâvè rin dè pyantâ oun’èpena din on popotin.

I vu vo kontâ kotyè j’enè di gandouâjè ke mè chon arouvâyè. Adon ke lè kabarè kotâvan a la mi-né, ou bi dè lena, l’è vêr-mè ke grahyà è grahyàjè vinyan ch’achityi po kortijâ. In chè myôtsin, chè kontâvan di dzanyè ache dàthè tyè lè pyàmè di j’ojalè. Chè fajan di gatoyichè, ma du inke… chin cherê rin tru katolike dè vo rakontâ l’apri. A la boun’àra, in chi tin l’avé lè rin cholido

Lè du-midzoua dè tsôtin, irè le toua di j’akouchtâ dè j’anhyan dè vinyi vêr mè tsêrtchi on takon dè frètyà. Kemin chin irè galé dè lè j’oure chè kontâ, man din la man, lè totsin chovinyi dè lou dzouno tin.

L’é achebin j’ou di vouêrbè min galéjè, chuto kan i dèveché intyéchi lè pètâyè dè dutrè kêfre, mi trêna-botè mi choulon, ke ch’ètharbalâvan chu mè por ingojalâ dou grô rodzo a on fran thinkanta.

Adon, tyè ke vêr-no i foton to in l’ê po fére chê-dejin pye galé, chôpyé mon Dyu! Léchidè-mè vèkechin! Po ke puécho adi choladji lè j’onbrâdzo dè dutrè kà amouirà. È vouèrdâ ouna pitita rèkotse  po bayi le bouneu i j’anhyan dè chè rèpojâ.

Bèrnâ Chaney

 

Bavardages d’un petit banc

Je suis au bord de la forêt, près de la Trême. Je ne suis pas de ces bancs bien propres, environnés de mégots, de toutes sortes de saletés comme on en trouve en ville. Je suis fait d’un bois rustique, et parfois, je ne me gène pas de planter une écharde dans un popotin.

Je veux vous raconter quelques-unes des aventures qui me sont arrivées. Alors que les cafés fermaient à minuit, au clair de lune, c’est vers moi que les jeunes et les filles venaient s’asseoir pour courtiser. Tout en se cajolant, ils se racontaient des blagues aussi douces que les plumes des petits oiseaux. Ils se faisaient des chatouilles, mais de là… se serait pas trop catholique que vous raconter la suite. A la bonne heure, en ces temps-là, j’avais les reins solides.

Les après-midis d’été, c’était le tour des couples de bons vieux de venir chez moi chercher un petit peu de fraîcheur. Comme c’était joli de les entendre conter, main dans la main, les touchants souvenirs de leur jeune temps.

J’ai aussi eu parfois des moments moins jolis, surtout si devais encaisser les bombardées de deux ou trois individus pas très frais, des mi-traîne savate, mi-soulards, qui se vautraient sur moi pour engouffrer du gros rouge à un franc cinquante.

Alors que chez nous, ils fichent tout en l’air pour faire, soi-disant plus joli; s’il vous plait mon Dieu, laissez-moi vivant! pour que je puisse encore protéger les ombrages de deux ou trois cœurs amoureux. Et garder un petit coin pour donner le bonheur aux anciens de se reposer.

Bernard Chaney

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses