Lè fin d’on yâdzo

En patois
En français

 

Intrè duvè j’avêchè, chti an, in rin dè tin, lè payijan l’an fê lè fin. Fô dre ke po lè fin, kemin po to le richto din la ya, to va dè rido. Din le tin no j’alâvan a l’èkoula tantyè ou tyindzè dè juin è li-yè a chi momin ke lè prâ chè chèyivan è to le richto chè faji a la man. To dzouno, i alâvo bayi on kou dè man a mon vejin Milon po fére lè fin. No ramachâvan avu le tsavô apyèyi ou tsê a ètchilè. No fajan pâ tan dè yâdzo d’ouna vèprâ. Ma le pye pènâbyo irè kan fayi dètsêrdji din la grandze. Fayi lèvâ le fin in premi chu la loyèta è in apri chu la tètse, yô fayi kunyi dèjo lè tyolè è lè j’aranyè. Pâ fôta dè dre ke kan no dèchindan d’la tètse no j’iran brè dè tsô.

Kan i vêyo hou pechyintè machinè ke lè payijan l’an ora po fére lou travô, i moujo ou premi trakteu ke li-yé yu din la kotse. N’iran pâ tan yô, n’avan pâ tan dè tsavô-vapeu. Din mon velâdzo, dou viyo dzouno l’avan atsetâ on piti trakteu, po rinpyathi l’èga a bè dè chohyo. Ma le màlâ irè ke chi trakteu irè chovin in pyan. Adon Fridolin alâvè vê Luvi Favre, «le mécanicien» dou velâdzo. On kou chi Luvi chè betè a dre a Fridolin : «Damâdzo, chi trakteu, l’i fudri on chilindre dèpye». Fridolin li rèbrekè: «Te pori pâ n’in chudâ on dèkouthè?» Vo vêdè k’in chi tin, la mèkanike n’irè pâ dè mouda po to le mondo.                                                                                          Vonvon Kolly

 

 

Les foins d’autrefois

Entre deux averses, cette année, en rien de temps, les paysans ont fait les foins. Il faut dire que pour les foins, comme pour le reste dans la vie, tout va très vite. Dans le temps, on allait à l’école jusqu’au 15 juin et c’est à ce moment-là que les prés se fauchaient et tout le reste se faisait à la main. Tout jeune, j’allais donner un coup de main à mon voisin Milon pour faire les foins. On ramassait avec le cheval attelé au char à échelles. On ne faisait pas tant de voyages d’un après-midi. Mais le plus pénible c’est quand il fallait décharger dans la grange. Il fallait lever le foin en premier sur le soliveau et après sur le tas de foin, où il fallait tasser le foin sous les tuiles et les araignées. Il n’y a pas besoin de dire que quand on descendait du tas de foin on était en sueur.

Quand on voit les puissantes machines que les paysans ont maintenant pour faire leur travail, je pense aux premiers tracteurs que j’ai vus dans la contrée. Ils n’étaient pas si forts; ils n’avaient pas tellement de chevaux-vapeur. Dans mon village, deux vieux garçons avaient acheté un petit tracteur pour remplacer la jument à bout de souffle. Mais le malheur c’est que ce tracteur était souvent en panne. Alors Fridolin allait souvent chez Louis Favre, le mécanicien du village. Une fois, ce Louis se met à dire à Fridolin: «Dommage, ce tracteur il lui faudrait un cylindre de plus». Fridolin lui répond: «Tu ne pourrais pas en souder un à côté?» Vous voyez quand ce temps-là, la mécanique n’était pas à la mode pour tout le monde.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses