Botyè dè nouthrè montanyè

En patois
En français


Po trovâ di bi botyè, vo fô alâ i Mortê ou mi dè juyè. Chti’an, chon poutithre on bokon in rètâ, ma bon, fô l’i alâ. L’è on indrê bènirà, ouna rèjêrva dè rèthèta.

Le rê, oubin la rêna, chin dèpin, l’è la rê d’ouâ, la hyour- dè li di montanyè, a Erbivouè l’i dyon la poma d’ouâ, in franché l’è le Lis Martagon. Din le viyo tin,n’ in fajan on rèmêdo po lè vatsè ke l’avan dou mô dè chè nètèyi apri le vilâdzo. L’è pâ la mima hyà, biantse è grahyàja , ke chè tràvè a la Din dè Li.

On tro d’avô dou tsalè di Marindè, l’i a di tsan dè j’oyè frindyi, ke lou dyon achebin lè dzeroflêyè dè fin. Chon to frelè, mintholè, bian, on mèrâhyo po lè j’yè.
In kontre Foyèran, tota modèchte, chè katsè la bal-èthêla. L’è inke ke fô la vêre è chuto pâ la ramachâ.

Arnika, dzanthanna,dê dè diâbyo,kapa ou mouêno, ti lè botyè dè la montanye fan nouthron bouneu. Kan mè j’infan iran piti è ke no fajan di bi toua dè montanye, lou dejé totavi: «Le pye grô l’anà ke vo puédè fére a ti lè botyè, l’è dè lè bin vouityi, dè ratinyi lou non è chuto dè lè léchi yô  chon!» Anne-Marie Yerly
 
 

Fleurs de nos montagnes

Pour trouver de belles fleurs, il faut aller aux Morthey au mois de juillet. Cette années, elles sont peut -être un peu en retard, mais bon, il faut y aller. C’est un endroit béni, une réserve de choix.

Le roi, ou la reine ça dépend, c’est la racine d’or, la fleur de lis des montagnes, à Albeuve on l’appelle la pomme d’or, c’est le lis martagon.  Dans l’ancien temps, on en faisait un remède  pour les vaches qui avaient du mal à se délivrer après le vêlage. Ce n’est pas la même fleur que le petit lys blanc et gracieux qui se trouve sur la Dent de Lys.

Un peu en contre bas du chalet des Marindè, il y a un champ d’œillets frangés, on les appelle aussi giroflées de foin. Ils sont tout frêles, minces, blancs, un miracle pour les yeux.

Sur les flancs de Foliéran, tout modeste, se cache l’édelweiss. C’est ici qu’il faut le voir et surtout ne pas le cueillir.

Arnica, gentiane, digitale, aconit, toutes les fleurs de la montagne, font notre bonheur. Quand mes enfants étaient petits et que nous faisions de belles randonnées en montagne, je leur disais toujours: «Le plus grand honneur que vous pouvez faire à toutes les fleurs, c’est de les bien regarder, de retenir leur nom et surtout de les laisser là où elles sont.» Anne-Marie Yerly
 

 

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses