C’est parti pour le plus gros chantier ferroviaire du canton

| mar, 16. jui. 2019

PAR JEAN GODEL

«Cette fois, ça démarre enfin!» Hier matin à Bulle, quand l’imposante pelleteuse a commencé à mordre le béton de la remise de la voie normale, la joie était palpable chez ces cadres des Transports publics fribourgeois (TPF). Car le chantier de la nouvelle gare de Bulle, le plus gros projet ferroviaire du canton, a commencé.

Les TPF en ont profité pour faire le point sur l’avancement du «Programme Bulle», le nom de code de ce gigantesque projet qui occupera le quotidien des Bullois jusqu’en décembre 2022. «Cela fait quatre ans que je travaille sur ces plans», calcule Jean Slavik, chef du Programme Bulle pour TPF Infra.

Acte symbolique

La démolition de la remise de la voie normale est bien un «acte symbolique», confirme Vincent Ducrot, directeur des TPF. Avec elle, les travaux arrivent en ville de Bulle. De fait, la bâtisse de 56 mètres de long, érigée en 1942 pour l’entretien, puis l’entreposage des véhicules du Bulle-Romont, aujourd’hui désaffectée, paraît bien modeste sur le vaste plateau de la gare, voué à disparaître dès cet automne. En fait, dans la zone de Planchy, le chantier a bien avancé. Depuis février, un mur de soutènement long de 207 mètres a déjà été construit. Il accueillera une seconde voie pour le RER Bulle-Fribourg dont la pose vient de commencer par l’installation des nouveaux mâts (lire aussi en page 6). Le béton de la remise crisse sous les puissantes dents de la pelleteuse et la forte bise emporte la poussière sur la ville, comme pour un dernier adieu. En deux semaines, la halle aura disparu. Selon accord avec le Service des biens culturels, les TPF la sacrifient, mais conserveront sa sœur d’en face, la remise de la voie étroite, de plus grand intérêt.

Bien des Bullois ont déjà été interpellés par l’immense trou creusé le long de la rue de la Lécheretta. Un projet privé qui constitue l’un des lots du futur quartier de la gare. Mais ce n’est rien en comparaison avec les travaux lancés hier par TPF Infra. Et ceux, dès cet automne, pour la construction du bâtiment de la gare porté, lui, par TPF Immo. D’octobre 2019 à juin 2020, il s’agira d’excaver tout le secteur entre les rails, la route de la Pâla, le chemin des Crêts et la rue Albert-Rieter. Sans parler du faisceau de voies lui-même et du secteur sud, qui seront attaqués plus tard (voir infographie).

Avancée politique aussi

Sur le plan politique, les choses avancent aussi. Le financement de la nouvelle gare routière (celle des bus de ligne, en surface, sans son bâtiment prévu à l’origine et remis à plus tard) sera soumis cet automne au Grand Conseil. Tandis que la part communale au réaménagement de la voirie, y compris la vélostation et l’interface Mobul, devrait passer devant le Conseil général en novembre. «Tout avance bien», apprécie Vincent Ducrot.

Piétonne dans les premières esquisses, la rue Rieter laissera finalement passer les bus, mais sur une seule voie (ils ne s’y croiseront pas). De larges esplanades arborées s’offriront toutefois aux piétons de chaque côté. A noter que les bus Mobul ne passeront plus par la rue de la Léchère, mais rejoindront la Migros par celle du Château-d’en-Bas.

Dernière grande inconnue qui intéressera les futurs usagers: le nom de l’enseigne commerciale qui investira le bâtiment de la nouvelle gare. «Rien ne sera signé avant la délivrance du permis de construire, attendue cet automne», confie Vincent Ducrot. Qui précise que, mutation du commerce de détail oblige, il y aura plusieurs enseignes se partageant des surfaces plus petites. Elles constitueront ainsi «un véritable pôle commercial, attrayant et complémentaire.» Les premiers contrats devraient être signés d’ici à la fin de l’année.

La mise en service du bâtiment de la gare est prévue en décembre 2021. Celle des gares ferroviaire et routière ainsi que de l’interface Mobul, en décembre 2022. Du pain sur la planche pour les TPF. Et la ville de Bulle. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Nestlé concocte une attraction géante pour son site de Broc

Depuis des mois, l’unité Chocolat de Nestlé planche sur un immense parc à thème qui prendrait place sur le site Cailler de Broc. «Des scénarios potentiels» rétorque la multinationale tout en affirmant que la production de chocolat n’est pas en péril, bien au contraire.