Damien Piller et Orllati pour sauver le Rapido Sky

sam, 20. jui. 2019

Anura SA, la société de l’homme d’affaires fribourgeois Damien Piller, et l’entreprise de construction vaudoise Orllati SA comptent parmi les investisseurs du projet de relance du Rapido Sky, à Charmey.

FRANÇOIS PHARISA

VOUNETZ. Derrière le projet de sauvetage de la télécabine du Rapido Sky, dont les principaux acteurs se sont réunis jeudi soir à Charmey, figurent plusieurs entreprises de la vallée de la Jogne, mais pas seulement. L’homme d’affaires fribourgeois Damien Piller, par le biais de sa société de promotion immobilière Anura, investira 100 000 francs dans le projet. Il nous l’a confirmé hier. Ce n’est pas tout. Selon nos informations, Orllati SA, dont les représentants n’ont pas pu être joints hier, y investira le même montant.

«C’est avec plaisir qu’Anura s’engagera dans ce projet, explique Damien Piller. J’espère très vivement qu’il se concrétisera. Il est primordial pour la région.» L’avocat et promoteur immobilier, figure incontournable du canton de Fribourg, a été approché par Philippe Menoud, porteur du projet et président de Télégruyère SA, propriétaire du Rapido Sky – qui n’a pas répondu à nos sollicitations hier. Les deux hommes siègent ensemble au sein du conseil d’administration de Migros Neuchâtel-Fribourg.

Migros dont la faîtière, la Fédération des coopératives Migros basée à Zurich, a, pour rappel, déposé début juillet une plainte pénale contre Damien Piller pour gestion déloyale. Attaque à laquelle l’homme d’affaires a répondu en déposant plainte à son tour contre Migros pour dénonciation calomnieuse (La Gruyère du 4 juillet). Comment cette affaire pourrait-elle influer sur le projet charmeysan? Les personnes contactées se contentent de reconnaître «qu’elle tombe en tout cas au plus mauvais moment».

Proche de Damien Piller, Orllati SA devrait donc également être de la partie. Le groupe de Bioley-Orjulaz, dans le Gros-de-Vaud, a récemment fait une apparition remarquée en Gruyère: c’est lui qui construit actuellement le lotissement le long de la Lécheretta, près de la gare à Bulle. Lotissement dont le promoteur n’est autre que Damien Piller.

Le Cailler et les Bains aussi

Aux côtés d’Anura et d’Orllati, plusieurs acteurs de l’économie de la vallée de la Jogne se mobilisent. D’après nos informations, six autres investisseurs se sont engagés. Eux aussi injecteront environ 100 000 francs chacun dans la société en cours de création Télé Charmey SA, qui succédera donc à Télécabine Charmey - Les Dents-Vertes en Gruyère SA, tombée en faillite.

Il s’agit de l’Hôtel Cailler, des Bains de la Gruyère, des Charmoises immobilier SA, d’André Repond SA, de Noël Ruffieux et Fils SA et de Moret concept architecture. Gilbert Jacquat, président du conseil d’administration des Bains, confirme l’engagement de sa société: «C’est un projet touristique important et nous tenons à en faire partie intégrante. Comme tous les acteurs touristiques de la vallée, les Bains sont directement concernés par le sort des remontées mécaniques.»

Pour mémoire, du côté de la commune, l’Exécutif s’est déjà engagé à défendre devant l’assemblée une aide communale de 250 000 francs destinée à soutenir les remontées (La Gruyère du 9 mai). Et ce, pour les trois prochains budgets et, si possible, sans augmenter les impôts. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Nestlé concocte une attraction géante pour son site de Broc

Depuis des mois, l’unité Chocolat de Nestlé planche sur un immense parc à thème qui prendrait place sur le site Cailler de Broc. «Des scénarios potentiels» rétorque la multinationale tout en affirmant que la production de chocolat n’est pas en péril, bien au contraire.