Fridà, fridàja

En patois
En français

 

L’i-a ôtyè ke mè trakachè du l’i a dza grantin. I dyon ke lè fèmalè chon pye fridàjè tyè lè j’omo è ke l’è j’omo l’an totavi tru tsô, ke dyon.

L’è poutithre oun’afére dè mouda, ma on vê din lè vèyè intrè prèkô è grô bounè, di damè prà pye dèvihyiè tyè lè moncheu. Din lè bal «mondin» l’è parê. Po danhyi, cherè bin d’ithre a l’éje.

Achebin, on vê l’omo, inbortoyi din on grô vèchton, la gravata charâye tantyè i j’oroyè, di tsôthè, di pyalè, di botè bin kotâyè. I dèpourè dè totè pâ. Adon ke madama frebiyè din na galéja roba kourta, dègolâye prèvon, lè j’èpôlè dèvouâlâyè, di pititè botè lêrdjirè. Li, l’a pâ tru tsô.

Ô, l’è pâ ke l’é pitchi di j’omo, l’an bin di j’ôtrè libertâ, chè ratrapon totêvi. Pu, chè tràvè ke di kou i chon bin utilo; kan madama l’a frê i pi… i châ yô alâ dremi. Anne Marie Yerly

 

Frileux, frileuse

Il y a quelque chose qui me tracasse depuis longtemps. L’on dit que les femmes sont plus frileuses que les hommes. Et que les hommes ont toujours trop chaud, dit-on.

C’est peut-être une question de mode, mais, l’on voit dans les soirées entre notables et gros bonnets, des dames bien plus dévêtues que les messieurs. Dans les bals mondains c’est pareil. Pour danser il serait bon d’être à l’aise.

Aussi, l’on voit l’homme, engoncé dans un gros veston, la cravate serrée jusqu’aux oreilles, des pantalons, des chaussettes et des chaussures bien fermées. Il transpire de toutes parts. Alors que madame frétille dans une jolie robe courte, décolleté profond, les épaule dévoilées, de petits souliers légers. Elle n’a pas trop chaud.

Ho, ce n’est pas que j’aie pitié des hommes, ils ont bien d’autres libertés, ils se rattrapent toujours. Et puis, il se trouvent parfois bien utiles, quand madame a froid aux pieds, elle sait où aller dormir. Anne Marie Yerly
 

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Déficit en vue pour la Fête des vignerons

La Fête des vignerons devrait boucler ses comptes dans le rouge. «Nous avons perdu 1,6 million de francs en moyenne par représentation diurne», indique samedi François Margot dans une interview accordée ce samedi à 24 heures.