Je ne mange plus de knempfes

sam, 10. aoû. 2019

Cet été, La Gruyère évoque quelques mets nappés d’émotions et de souvenirs. Comme les knempfes, version jurassienne et fondante des tristes spätzlis.

XAVIER SCHALLER

Nombre de mes amis s’extasient devant un plat de spätzlis. Je n’ai jamais compris pourquoi. Je n’ai rien contre les spätzlis, mais c’est quand même des knempfes ratés: trop petits, trop durs, même avant d’être racornis à la poêle. Les knempfes, c’est long, c’est doux, c’est fondant. Maternel oserais-je même, si je n’avais pas peur que ma fille me tombe dessus pour me reprocher mes stéréotypes sexistes. Les quoi? Les knempfes. Ou knepfles, Knöpfle, Knöpfli, Kneff, Knepp, Knepple, nokedli, galuska, Nocken et autres selon Wikipédia, suivant qu’on les mange en Allemagne, en Suisse, en Hongrie, en France, en Slovaquie ou en…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Bûcheron, un métier des plus dangereux

En ce début d’année, deux drames rappellent que le bûcheronnage reste une activité risquée, quelles que soient les précautions prises. Les chiffres de la Suva sont éloquents: 1700 accidents chaque année dans les exploitations forestières et près de la moitié des apprentis victimes d’accidents.