Mais c’est quoi le problème avec la piscine de Bulle?

| mar, 13. aoû. 2019

PAR YANN GUERCHANIK

PLEIN AIR. «Il y en a qui sont heureux, mais beaucoup sont déçus.» Les réceptionnistes de la piscine de Bulle épongent des sentiments contrastés. La fermeture était programmée pour la fin de la semaine, en plein mois d’août. La ville annonçait, début mai, l’arrêt prématuré en échange d’une piscine newlook, presque flambant neuve. Retournement de situation deux mois plus tard: les travaux de réfection sont finalement repoussés d’une année. On peut donc nager comme d’habitude, jusqu’à la mi-septembre.

Résultat: le baigneur gruérien ne sait plus à quel bassin se vouer. «Certains clients nous disent qu’ils auraient profité de l’abonnement rabaissé s’ils avaient su. Ils sont avant tout frustrés de devoir attendre plus longtemps la nouvelle piscine!» Alors que les gabarits projettent leur ombre sur la pelouse, on se demande bien pourquoi la ville tergiverse. Et les rumeurs vont bon train: projet «trop cher», appel d’offres «peu avantageux», oppositions «dissuasives»…

Rappelons que ce n’est pas un simple lifting qui attend la piscine de Bulle. Le programme des travaux est vaste (voir encadré) et l’objectif ambitieux. En décembre, l’Exécutif avait à cœur de présenter autre chose que des chantiers routiers colossaux et les encombrements qui vont avec. La réfection de la piscine s’annonçait presque comme un cadeau à la population. Un cadeau à 8,72 millions de francs.

Le projet avançait apparemment sans encombre. Jusqu’au terme de la mise à l’enquête publique, le 12 avril. Dès lors, huit oppositions auraient sérieusement mis des bâtons dans les roues communales. De-ci de-là, des voix fustigent le manque de concertation de la part de la commune. Une critique émise plus d’une fois par le passé.

Quel bruit?

On reproche même à la ville d’avoir cherché le passage en force. Quoi qu’il en soit, le nœud du problème est identifié formellement: le bruit, dont se plaignent une poignée d’opposants bien décidés à défendre leurs intérêts. C’est l’éternelle confrontation entre intérêt privé et intérêt public… une autre spécialité bulloise. Au moment de communiquer le report du chantier, (La Gruyère du 6 juillet), la ville expliquait que les huit oppositions étant principalement liées «à la problématique du bruit», «une étude complémentaire sur cette thématique a été réalisée pour y répondre et rassurer les riverains». Beaucoup se sont demandé pourquoi diable la piscine ferait-elle davantage de bruit?

La chose est plus complexe qu’il n’y paraît. C’est d’abord la buvette qui est pointée du doigt. La piscine est un lieu de passage et de convivialité, si bien qu’il existe la possibilité d’y ouvrir un véritable établissement public. Un tea-room de quartier, pourquoi pas. Le projet évoque ainsi l’exploitation d’une buvette-restaurant «en dehors des heures d’ouverture de la piscine, par exemple en soirée, avec un accès possible depuis la rue». Mais certains riverains ne l’entendent pas de cette oreille.

Autre objet de discorde: la zone de plage bénéficiera de l’accès à toute la surface en toiture des bâtiments. Autrement dit, la clameur des oisifs se ferait plus facilement entendre. Il faudrait davantage que les palissades mentionnées sur les plans (photo ci-contre) pour y changer quelque chose. Et rehausser un mur digne de ce nom donnerait à la rue Louis-Bornet des airs de territoire occupé…

Vers la conciliation

D’autres facteurs inquiètent encore. L’augmentation des surfaces de plage permettra d’accueillir un plus grand nombre d’utilisateurs (1800 par jour potentiellement). Les plus amers craignent d’entendre se multiplier les gueulantes. Ils redoutent le pullulement des enceintes portables qui crachent leurs sons à la sortie de la piscine. Et puis, le bassin de 50 mètres sera homologué pour des compétitions de niveau régional: on appréhende déjà le micro du commentateur sportif durant le week-end.

Décidément, Bulle ferait un bruit de ville. Les autorités doivent maintenant traiter les oppositions. Tenter de mettre tout le monde au diapason. En attendant, rappelons que la piscine est ouverte jusqu’au 14 septembre. Les réceptionnistes, les gardiens et tout le personnel de la buvette ont accepté de changer leur programme estival au pied levé. Parce que l’été sans piscine, ce n’est plus vraiment l’été. ■


Une rénovation complète

Les travaux de rénovation de la piscine communale en plein air de Bulle prévoient les éléments principaux suivants:
– bassin de 50 mètres homologable en compétition avec 6 lignes de nage;
– zone plongeoir avec un tremplin de 1 mètre et une tour à 3 mètres;
– mise aux normes des bassins, des installations techniques et du restaurant;
– renouvellement de la pataugeoire avec un aspect plus pédagogique;
– réaménagement de l’entrée de la piscine, des vestiaires et du restaurant;
– aménagement des espaces pour augmenter l’attractivité des lieux. YG


«Ce projet comporte un réel intérêt public»

Le point sur la situation avec Johanna Gapany, conseillère communale bulloise chargée du dicastère des sports et des espaces publics ainsi que présidente de la commission de la piscine.

A quand la nouvelle piscine de Bulle?

Nous avons reçu des oppositions qui ont ralenti la procédure et donc l’obtention du permis de construire. Si nous voulions commencer les travaux à la mi-août, nous aurions dû les adjuger en juillet. Sans permis de construire, ce n’était pas envisageable. Nous pouvions dès lors les repousser de quelques semaines et renoncer à la saison 2020, puisque les travaux seraient encore en cours. L’option n’était pas idéale car cette piscine est utilisée par un grand nombre d’utilisateurs, tant les écoles, les citoyens que les clubs. Nous avons donc préféré reporter les travaux d’une année, ce qui permet de traiter comme il se doit le dossier, les oppositions et d’obtenir le permis de construire.

Le chantier devrait donc commencer durant le mois d’août 2020 pour se terminer durant le mois de juin 2021, avec un mois d’ouverture en moins?

Oui, absolument!

La piscine rénovée ressemblera-t-elle à celle qui était présentée en décembre?

Tout à fait! Le programme préparé par le groupe de travail et présenté au Conseil général est celui que nous comptons réaliser.

Le dernier coût articulé – 8,02 millions de francs (sans compter les 700 000 francs du crédit d’étude) sera-t-il respecté?

Ce coût demeure effectivement l’objectif du Conseil communal et de la commission de bâtisse. A ce jour, la procédure d’appel d’offres n’est toutefois pas terminée et le coût total final projeté n’est donc pas connu. Mais le programme présenté et l’enveloppe validée sont nos objectifs et nous avons bien l’intention de les atteindre.

Quelle sera la nature de la buvette? Ouvrira-t-elle en dehors des heures d’ouvertures de la piscine?

C’était une possibilité et nous ne voulions pas l’écarter tout de suite. Finalement, la buvette aura les mêmes heures d’ouverture que la piscine et ne sera ouverte que pendant la saison. Quant à sa nature, elle sera identique à celle actuellement en place avec une mise aux normes des installations.

Pour l’étude de bruit, les nuisances de la buvette et de la terrasse ont été prises en compte jusqu’à 22 h, afin de vérifier la conformité des installations dans le «pire» des cas. Résultat: elles sont conformes.

Par rapport au bruit justement, la commune a mandaté une étude: quelles en sont les conclusions?

Cette étude a été réalisée à la suite des remarques des riverains, remarques que nous pouvons comprendre et que nous avons tenu à traiter dans le détail. L’étude s’emploie à vérifier la conformité du projet de modification, au sens de la protection contre le bruit. La conformité du projet est démontrée tant au niveau de l’extraction d’air de la cuisine du restaurant, de l’exploitation de la terrasse – jugée «peu gênante» – que de l’exploitation de la piscine, dont les valeurs indicatives d’immission sont respectées.

J’ajoute que ce projet comporte un réel intérêt public. La piscine répond à de nombreux objectifs. Pour les écoles, c’est le lieu où l’on apprend à nager, ce qui est essentiel pour éviter les accidents. Pour les citoyens, c’est un lieu de détente et de loisirs. Pour les clubs, c’est un lieu d’entraînement et d’apprentissage. YG

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Nestlé concocte une attraction géante pour son site de Broc

Depuis des mois, l’unité Chocolat de Nestlé planche sur un immense parc à thème qui prendrait place sur le site Cailler de Broc. «Des scénarios potentiels» rétorque la multinationale tout en affirmant que la production de chocolat n’est pas en péril, bien au contraire.