Patron de (plusieurs) bistrots, un métier d’entrepreneur

sam, 16. nov. 2019

Désormais, on s’associe pour reprendre un ou plusieurs établissements publics.

Une manière de répartir les responsabilités et les risques d’un métier toujours plus complexe.

A Bulle, par ailleurs, le Tonnelier va bientôt sortir de sa léthargie et L’Union changer de main.

JEAN GODEL

Le phénomène n’est pas nouveau, mais la tendance est à la hausse: de plus en plus d’établissements publics de la région sont gérés par des associés qui possèdent plusieurs adresses. Comme si le modèle du bistrot de village tenu par son patron n’avait plus la cote. Des exemples? Rien qu’à Bulle, c’est le cas pour le Buro et la Promenade, pour le 43 et le Tonnelier – dont la rénovation va bientôt commencer (lire-ci-dessous) – ou encore pour L’Indus et L’Après auxquels viendra se joindre L’Union dès janvier. En…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Cinq générations, 90 ans, et toujours une belle joie de vivre

Entourée de sa nombreuse famille et accompagnée de ses deux arrière-arrière-petits-enfants, Vérène Repond a fêté ses 90 ans dimanche, aux Colombettes. Rencontre.

SOPHIE ROULIN

Quand son fils Jean-Bernard, un peu ému, n’arrive pas à défaire le nœud du cadeau qu’il lui offre, elle lui tend un couteau suisse, tout droit sorti de sa poche. C’est que Vérène Repond a le sens pratique. Et ce n’est pas la ...