Ajouter un commentaire

Très bon article. Il faut sauvegarder ou bien préserver le patois. On sait que en 1819, à l'occasion de l'émmigration suisse pour le Brésil, la plus part de les 850 Fribourgeoises et Fribourgeois qui sont venus pour fonder Nova Friburgo parlaient le patois. C'est notre lien avec le patois. Donc j'ai donné moi-même ma contribution à la préservation de cette langue, de cette coté d'Atlantique, en éditant un livre en 5 langues: patois, portugais, français, allemand et senslertüütsch (avec le partenariat d'Anne Marie Yerly et Daniel Folly) avec le livre Têra novala - Terra nova - Terre nouvelle - Neues Land - Nüüs Land. A propos, il serait très intéréssant un contact de M. Clemens Kienzle avec Madame Yerly (vraiment une spécialiste en ce sujet) qui a encore des exemplaires du livre. Je suis aussi à disposition pour renseigner quelqu'un qui serait intéressé. awermelinger@gigalink.com.br albertowermelinger@yahoo.com.br Depuis Nova Friburgo, Brésil
CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses