Bernard Maillard

 

Editor mode: 
Basic mode
jeu, 09. aoû. 2018

Châtonnaye

Bernard Maillard est décédé paisiblement le 28 juillet, à l’âge de 89 ans, au Foyer Sainte-Marguerite à Vuisternens-devant-Romont. Ils étaient nombreux à lui rendre hommage le 31 juillet, en l’église Sainte-Anne à Châtonnaye.
Bernard Maillard a vu le jour le 22 décembre 1929 à Saint-Martin, dans le foyer de Joseph et Marie, née Mesot. Il était le troisième d’une fratrie de 15 enfants. Son papa étant menuisier-charpentier, il a tout naturellement choisi ce métier. Le 20 juillet 1953, il a épousé Marguerite Terrapon, une jeune fille de la région. De leur union, naquirent trois enfants. Puis la famille s’agrandit avec huit petits-enfants et 13 arrière-petits-enfants.
En janvier 1955, la petite famille déposa ses valises à Châtonnaye, où elle construisit une jolie maison au milieu des années 1960. Bernard travailla quelques années à l’usine Eternit. Puis il reprit une menuiserie et dirigea quelques ouvriers. Doté d’un caractère bien trempé, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir la larme facile, Bernard aimait diriger. Sa carrière professionnelle fut marquée par quelques accidents professionnels, qui le firent souffrir jusqu’à la fin de ses jours. Ce qui ne l’empêcha pas de continuer de travailler bien après l’âge de la retraite.
Quand il quitta son entreprise, il conserva un atelier pour bricoler et construisit son dernier meuble à presque 80 ans. Parmi ses loisirs favoris, il y avait la pêche, la cueillette des champignons, l’apiculture et le tir – ses médailles témoignaient de ses qualités de fine gâchette. Bernard a également fait partie des cuivres de L’Echo des Roches, à Châtonnaye, et s’est investi dans la préparation de plusieurs fêtes de musique. Quand il avait encore du temps libre, il partait avec Marguerite à L’Escala, en Espagne, où ils possédaient la résidence Notre rêve. Ils y firent des escapades durant vingt ans.
Bernard cessa de conduire peu avant de choisir d’entrer au Home de Siviriez, fin 2016. Il y fut rejoint par son épouse quelques mois plus tard. Le couple déménagea ensuite au Foyer Sainte-Marguerite à Vuisternens-devant-Romont, où Bernard rendit son dernier soupir. A sa famille et à tous ceux qui pleurent sa disparition, La Gruyère dit sa sympathie émue. GRU

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses