Jean Tinguely

 

Editor mode: 
Basic mode
mar, 09. Jan. 2018

dit Tintin, Pont-la-ville

Le 4 janvier, à l’hôpital de Riaz, Jean Tinguely, dit Tintin, s’est éteint, dans sa 87e année. Un dernier hommage lui est rendu ce mardi après-midi en l’église de Pont-la-Ville. Tintin était très connu dans la région, car il avait souvent témoigné dans la presse et autour de lui de sa vie en tant que transplanté cardiaque et de son parcours hors du commun. Après six infarctus, il a reçu un nouveau cœur le 19 novembre 1993, ce qui faisait de lui l’un des plus anciens transplantés de Suisse. Une hygiène de vie des plus strictes lui a permis de surmonter les aléas d’un transplanté. Il était très conscient du cadeau reçu et disait: «J’ai respecté les consignes à la lettre, sinon ce cœur aurait été perdu pour rien.» Bien sûr, ce long parcours a été parsemé de souffrances et sujet à de fréquentes hospitalisations. Avec une volonté de fer et une attache indéfectible à la vie, il s’en est toujours sorti, mais cette fois-ci la corde a rompu. Dans ces moments très pénibles, son épouse Pépée a été d’un soutien sans borne. Sa fille Sophie ainsi que ses petits-enfants, tout en lui rendant régulièrement visite, le gratifièrent de tout leur amour filial. Fils du boulanger-député Louis Tinguely, de Pont-la-Ville, et de Julie, née Gaillard, Tintin est né le 8 février 1931 et fit partie d’une fratrie de six enfants. Tout jeune garçon, il fut placé dans une ferme, à Besencens, puis à Porsel. Par la suite, il fréquenta le Pensionnat St-Charles à Romont. Il pratiqua quelques années le métier de son père, avant de partir en Algérie chez son oncle, où son occupation était la vente d’articles de soudure. Pendant dix ans, il y exerça davantage qu’un métier, un don, l’art de la vente. De retour en catastrophe en Suisse, au moment de l’indépendance de l’Algérie, en 1962, Tintin se lança dans l’automobilisme. Station-service, puis garages… A Nyon, Lausanne, puis Marly, toujours pour la firme Emil Frey, Tintin vendra des centaines de voitures et fut aussi directeur de ces différentes succursales. En 1986, avec son épouse, il choisit d’habiter en Gruyère, à La Tour-de-Trême. Très jovial, malgré ses problèmes de santé, Tintin prit vite ses repères et trouva des amis fidèles au Club alpin et auprès de son importante parenté. A 63 ans, il fut donc transplanté et depuis, il se dévouait sans compter pour l’information et la promotion des dons d’organes. Il présida même une amicale des transplantés du CHUV et se montrait des plus actifs pour tout ce qui touchait les événements qui l’avaient si intensément marqué. Tintin va laisser un vide profond, mais ses proches ne pourront jamais oublier son courage face aux épreuves. Il restera un exemple et un souvenir indélébiles. Que son épouse, sa famille et ses nombreux amis dans la peine trouvent ici l’expression de notre sympathie émue. GRU
 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Décès de l'ancien conseiller national Jean-Nicolas Philipona

Personnalité très connue dans le canton, conseiller national PLR de 1987 à 1999, Jean-Nicolas Philipona a été victime mercredi d'un infarctus alors qu'il s'occupait de son jardin, à Vuippens. Agriculteur, il a notamment présidé l'Interprofession du vacherin fribourgeois. Il avait 75 ans.