Marthe Favre

 

Editor mode: 
Basic mode
mar, 10. oct. 2017

née Jaquier, Le Crêt

C’est à l’aube du 20 septembre que Marthe Favre s’est éteinte paisiblement, entourée de l’amour des siens. Elle cheminait dans sa 82e  année. Un dernier hommage lui a été rendu le 22 septembre en l’église du Crêt. Marthe Favre est née le 28 novembre 1935 à St-Martin. Elle était la cadette des six enfants de Léonie et Canisius Jaquier. Elle passa son enfance dans la ferme familiale de la Comba. Plus tard, en plus de l’aide donnée à la ferme, Marthe travailla comme sommelière jusqu’à ce que son chemin croise celui de Michel Favre, à la Bénichon du Crêt. De leur union en 1962 naquirent Jean-Luc, Dominique et Olivier. Elle eut ensuite le bonheur de chérir et de gâter six petits-enfants. Marthe n’a jamais ménagé sa peine, œuvrant aussi bien en cuisine qu’à la ferme. Le travail ne manquait pas entre son magnifique potager, la basse-cour et le petit râteau. Et tout cela ajouté aux grandes tablées familiales où se mêlaient chaque jour trois générations. Pour arrondir les fins de mois, elle trouvait encore le temps de coudre à domicile. Marthe était un modèle de générosité. Chez elle, il y avait pour tous un café, une tranche de gâteau aux pommes, quelques biscuits aux noisettes. Elle participa activement à la vie du village et des sociétés. Elle ne compta jamais ses heures de bénévolat lors des différentes fêtes villageoises. Il y a trois ans, c’est avec plaisir qu’elle plia et forma des centaines de fleurs en papier pour la dernière Fête des musiques. A la belle saison, on la trouvait souvent dans son grand jardin. D’appétissants légumes côtoyaient de gracieuses fleurs que Marthe utilisait pour garnir la grotte de Notre-Dame du Crêt si chère à son cœur. Lors des plus longues soirées d’hiver, elle se rendait avec plaisir aux lotos des environs, avec ses nombreuses amies. Les épreuves ne l’épargnèrent pas. En 1985, le jour de ses 50 ans, le décès de sa sœur Marie fut un grand déchirement. Mais, toujours dans le don de soi, Marthe alla porter main-forte à son beau-frère et à ses neveux et nièces. La perte de trois de ses quatre frères fut autant de chagrins. Le crépuscule de sa vie fut ponctué par de nombreuses fractures qui lui valurent plusieurs hospitalisations et bien des souffrances. Mais c’est la maladie qui a eu raison de son courage et de ses combats. A sa famille, à ses proches et à tous ceux qui pleurent le décès de Marthe Favre, nous disons notre sympathie émue. GRU
 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses