Marthe Grandjean

 

Editor mode: 
Basic mode
ven, 16. aoû. 2019

Enney

Le 8 août, en l’église d’Enney, un dernier hommage a été rendu à Marthe Grandjean.
Marthe a vu le jour le 8 janvier 1929, à la ferme du Pont, à Epagny, dans le foyer de Louis et Victorine Gremion. Elle y vécut une enfance heureuse, en compagnie de ses trois sœurs dont l’une fut emportée prématurément par la maladie. Sa scolarité achevée à Gruyères, elle effectua en plusieurs endroits des travaux d’aide-ménagère. Par la suite, elle fut engagée à l’atelier de couture Courlet, à Gruyères.
Plus tard, elle fit la connaissance de Martin Grandjean, de Leysin. Le mariage suivit en 1950, et le couple s’établit à Enney, pour ne plus en repartir. Quatre enfants sont nés de leur union: Monique, Gilbert, Gabrielle et Simone. Sept petits-enfants et deux arrière-petits-enfants vinrent ensuite agrandir la famille. Avec tous, Marthe fut toujours à l’écoute.
Durant de nombreuses années, ses journées furent bien occupées. Outre les tâches maternelles et ménagères, elle seconda efficacement son mari aux travaux de leur exploitation agricole. Elle s’occupa beaucoup de ses beaux-parents âgés, avec dévouement et empathie, des sentiments qui lui étaient spontanés.
Lorsque Martin fut contraint d’abandonner la campagne pour raisons de santé, en 1988, le couple goûta alors à quelques années de quiétude et de repos, entre petites excursions et autres bonheurs simples.
Mais le ciel de Marthe s’assombrit en 2004 avec le décès de son époux. Sa force de caractère et son inébranlable foi l’aidèrent grandement à surmonter cette épreuve.
Marthe a toujours eu à cœur d’entretenir et d’embellir sa maison. Comme elle avait la main verte, son balcon et son jardin étaient un ravissement. En outre, les légumes de son potager faisaient la joie de ses invités, car elle était aussi une excellente cuisinière. Elle participait également volontiers aux après-midi de loisirs du troisième âge.
En janvier dernier, ses proches la fêtèrent pour son 90e anniversaire. Ce jour-là, son bonheur irradiait, et chacun pensait pouvoir cheminer encore quelque temps à ses côtés. A partir de mars, toutefois, plusieurs ennuis de santé la contrarièrent, dont une chute dans son appartement. Celle-ci nécessita un séjour à l’hôpital, et c’est là, le 5 août, que ses yeux se sont fermés.
A tous ceux qui pleurent sa disparition, nous disons notre sympathie émue. GRU

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses