Roselyne Jordi

 

Editor mode: 
Basic mode
jeu, 11. Jan. 2018

Charmey

Le 10 janvier, Roselyne Jordi s’est paisiblement endormie dans sa 73e année. Un dernier hommage lui sera rendu vendredi, en l’église de Charmey. Roselyne a vu le jour le 2 juillet 1945 à la Tzintre, à Charmey, dans le foyer d’Henri et Marie Tornare-Repond. Elle était la quatrième d’une fratrie de cinq enfants. A l’âge de 13 ans, elle eut l’immense douleur de perdre son papa. Après avoir terminé sa scolarité, elle obtint son diplôme de nurse. A 25 ans, elle survécut à une grave maladie de la thyroïde, endommageant notamment les cordes vocales, et qui lui laissa sa voix si particulière. Rétablie, elle entreprit une formation d’esthéticienne. En 1975, elle épousa Gérard Jordi, dit Yogi. De cette union naquirent deux enfants, Laurent et Alexia, puis deux petits-enfants qu’elle chérissait tant. Roselyne ouvrit un cabinet d’esthéticienne à Charmey. Très à l’écoute et attentive au bien-être des autres, elle l’était aussi avec sa famille. Ses neveux et nièces appréciaient rendre visite à leur tantine. Excellente cuisinière, Roselyne aimait recevoir sa famille et ses amis. Elle leur concoctait de bons petits plats. Le week-end, Roselyne partait souvent en randonnée avec son mari et des amis. Yogi lui avait donné le goût de la marche et ils voyageaient à travers la Suisse à la découverte de balades. Une autre passion agrémenta l’existence de Roselyne: le scrabble et les jeux de lettres. Elle faisait partie du club de scrabble local et aimait retrouver ses amis lors de tournois. Depuis sa retraite, elle multiplia les activités comme le yoga et la natation. En 2014, Roselyne fut gravement atteinte dans sa santé. Les années qui suivirent ne furent qu’une succession de séjours à l’hôpital, de visites médicales et de thérapies. Elle fit toujours face aux épreuves avec un courage exemplaire, sans jamais se plaindre. Grâce au soutien de Yogi, elle put vivre à la maison jusqu’à ce que son état s’aggrave encore. Elle rejoignit alors le Home de la vallée de Jogne, à Charmey, en septembre. Les visites de son mari et de sa famille la réconfortaient. Elle eut encore l’immense joie de passer Noël en famille. A son mari, à ses enfants, à sa famille et à tous ceux qui pleurent sa disparition nous disons notre sympathie émue. GRU

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses