Yves-Alain Repond

 

Editor mode: 
Basic mode
jeu, 02. mai. 2013
Bulle

Un dimanche prometteur, ce 28 avril, la joie d’une sortie à vélo avec des amis et, au bout d’un virage, victime d’un malaise cardiaque, la fin d’une vie dense et heureuse pour Yves-Alain Repond. Mercredi, un dernier adieu lui a été rendu en l’église de Bulle. Yves-Alain est né le 7 juin 1955, à Villaz-Saint-Pierre. Il était le deuxième d’une fratrie de cinq enfants. Fils de Marcel et Vérène Repond, il a passé son enfance et son adolescence à Vuadens. Au terme de sa scolarité, il a effectué un apprentissage de pâtissier-confiseur avant d’entreprendre une formation d’infirmier en psychiatrie. C’est lors de son école à Marsens qu’il a rencontré sa future épouse, Marie-Christine Chassot. De leur union, en 1977, sont nées trois filles, Vania, Mélina et Chloée, les trois trésors de sa vie. Le destin l’empêchera de choyer deux petits-enfants à naître d’ici quelques mois. Etablie d’abord à Vuadens, où Yves-Alain a assumé la responsabilité du Foyer St-Vincent pendant cinq ans, la famille s’est ensuite déplacée à Bulle. Voulant transmettre à autrui son besoin de communiquer par la peinture et l’art en général, Yves-Alain eut la chance de rencontrer le directeur de la Maison St-Joseph, à Châtel-St-Denis, qui lui a offert une fonction d’animateur au sein de l’institution. Créateur dans l’âme, Yves-Alain a marqué de nombreux résidents par ses projets rêvés et souvent réalisés, par sa bonté et sa joie de vivre. Il a parfait sa formation en obtenant un des premiers diplômes d’art-thérapeute délivrés en Suisse roman­de. Cette fonction, il l’a mise au service d’une population fragilisée, des personnes toxicodépendantes en voie de réinsertion de la Fondation Bartimée, à Grandson. C’est avec ces résidents qu’il a marché à plusieurs reprises sur des tronçons du chemin de Compostelle. Un chemin qu’il a également effectué, en solitaire, depuis Bulle, créant chaque jour une œuvre éphémère en land art. Depuis une dizaine d’années, il pratiquait l’art-thérapie en indépendant. Il assumait aussi des mandats dans des institutions pour personnes âgées, avec un retour tant apprécié à la Maison St-Joseph. Artiste autodidacte, Yves-Alain a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives. Il a aussi été l’un des fondateurs de plusieurs organisations, entre autres l’Association fribourgeoise des institutions pour
personnes âgées (AFIPA), Passe-Partout Gruyère, l’atelier qui a donné naissance à Trace-Ecart, les Veillées à la maison et l’association des art-thérapeutes. Homme rayonnant et généreux, il était émerveillé davantage par les pétales d’une fleur que par les fluctuations de la Bourse. Partout où il a passé, il laissera une trace indélébile. Lui, l’homme amoureux des symboles, en particulier ceux offerts par la nature, est mort au bout d’un virage, sur son vélo, en accomplissant deux «soleils» avant de choir pour l’éternité au milieu des herbes printanières. A sa famille et à tous ceux que son départ laisse dans la peine, La Gruyère exprime sa sympathie. GRU

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Cinq générations, 90 ans, et toujours une belle joie de vivre

Entourée de sa nombreuse famille et accompagnée de ses deux arrière-arrière-petits-enfants, Vérène Repond a fêté ses 90 ans dimanche, aux Colombettes. Rencontre.

SOPHIE ROULIN

Quand son fils Jean-Bernard, un peu ému, n’arrive pas à défaire le nœud du cadeau qu’il lui offre, elle lui tend un couteau suisse, tout droit sorti de sa poche. C’est que Vérène Repond a le sens pratique. Et ce n’est pas la ...