Pas de syndic à Val-de-Charmey, mais un président de séances

| sam, 16. avr. 2016
Photo Claude Haymoz

Aucun des nouveaux membres du Conseil communal de Val-de-Charmey ne souhaitant endosser le rôle de syndic, le préfet Patrice Borcard – autorité de surveillance – leur laisse un délai de 30 jours supplémentaires pour trouver une solution. Durant ce temps, le doyen est nommé président de séances. Il s'agit du nouvel édile le Dr Etienne Genoud.

Puis dans un mois, si aucun conseiller ne souhaite reprendre la syndicature, le préfet aura deux possibilités: soit nominer un syndic ad hoc extérieur à la commune, pour une période de deux mois, soit nominer un syndic au sein du collège communal, au risque que celui-ci démissionne. Patrice Borcard semble préférer la première option. "Cette solution permettrait au temps de faire son œuvre, et à cette personne d'apporter son regard et ses réflexions sur le collège", a-t-il souligné au Conseil communal dans une lettre que l'administrateur Jean-François Rime a lu aux citoyens présents samedi à 17 h, à la réception officielle donnée par le nouvel Exécutif. Quand à Etienne Genoud, il accepte la fonction de président de séance car elle est transitoire. "Il faut nous laisser encore un peu de temps, confie-t-il. Le fruit n'est pas encore mûr." Il espère que d'ici un mois, il le sera.

Pour l'heure, les nouveaux avancent l'inexpérience de la gestion d'une commune et les sortants leur manque de disponibilité pour raisons professionnels. "Et certains ont l'impression de n'avoir pas été légitimés par les urnes", regrette Etienne Genoud. PR

Commentaires

Décidément. Entre le tourisme, les remontée mécanique et maintenant la commune... fait bon vivre d'être charmeysan. C est bien joli de faire des beau discours pour se faire élire mais maintenant faut assumer!!!!

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

«J’ai dû dire “non” et ce n’est pas facile»

Nommé lieutenant de préfet il y a deux ans, Vincent Bosson a vécu la pandémie à la tête du château de Bulle, en l’absence de Patrice Borcard.

Le Riazois raconte comment il a répondu à de nouvelles questions chaque jour et comment il a fait respecter l’ordre public durant cette crise.

De retour à la normale depuis une semaine, la préfecture s’attelle à relancer certains dossiers en vue des votations de septemb...