On lârè tinpru

sam, 20. Jan. 2018

L’i a totè chouârtè dè lârè; di piti malin, ou bin di brouyà. Lè brouyà chon lè pye rujâ. Lè piti malin chè fan pâ yètâ. Fô avê de l’èchpri è dè la hyinthe po pâ chè fére prindre. Robâ, chi mo, i vin du le viyo franché «dèrober». Le lârè vin achebin dou mo «ladre». L’i a lè piti lârè, kemin lè marâdeu, lè brakonyé. L’i a tan dè fathon dè robâ, alâdè chu le dikchenéro, vo j’in trovâdè on mache.

L’è on dèfô, on vitho, ke l’è chovin dè famiye. Voli-vo ouna pràva? Din ouna dè hou famiyè, le premi bouébo irè vinyê ou mondo. Irè adi to frè, adi pâ lavâ, lè dzouno parin iran èmêrvèyi. Le chènia irè on dè hou barbotèri fameu. L’avê di dê a krotsè ke l’i vinyan dza dè chon chènia. Por akothemâ prou vuto chon poupon a la pratika, l’i pachâvè di medâyè, di pithè dè mounêya dèvan le nâ. Le piti…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Masqués au marché, comme une bulle au centre de Bulle

Jeudi matin au marché de Bulle, une majorité de clients et de marchands portaient un masque de protection. Cerclé de barrières, le centre-ville ressemblait à une enclave. Plusieurs vendeurs fâchés ont préféré quitter le marché. Reportage.

CHRISTOPHE DUTOIT

COVID-19. «Ce matin, ils n’ont pas tous lu La Gruyère!» Sur une terrasse de la place du Marché, on surprend des discussions dignes du Café du Commerce. ...