Toi et moi

sam, 13. Jan. 2018

Je n’aurais pas dû y aller, et le soir des nocturnes en plus, je le savais. A l’entrée, déjà, ça commençait mal. Par un mensonge et le tutoiement. Le personnel en chemise jaune, heureux? Vraiment? Que moi, oui moi, je sois là, dans ce magasin au parcours imposé? Passons sur «heureux» (qui jouit du bonheur, dit LeRobert, qui éprouve du plaisir, de la satisfaction), reste le tutoiement. Pourquoi me tutoyer? On ne se connaît pas, etc. Tout bien réfléchi – l’idée m’est venue au rayon séjour, quand j’essayais le canapé convertible Ypperlig (599 fr.) plus classe que le Lycksele Löväs (359 fr.): en fait, ce n’est pas à moi personnellement que ces mots de bienvenue étaient adressés, mais à une clientèle plus jeune, entre vingt et trente ans, qui s’installe dans la vie et pour qui le tutoiement…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Masqués au marché, comme une bulle au centre de Bulle

Jeudi matin au marché de Bulle, une majorité de clients et de marchands portaient un masque de protection. Cerclé de barrières, le centre-ville ressemblait à une enclave. Plusieurs vendeurs fâchés ont préféré quitter le marché. Reportage.

CHRISTOPHE DUTOIT

COVID-19. «Ce matin, ils n’ont pas tous lu La Gruyère!» Sur une terrasse de la place du Marché, on surprend des discussions dignes du Café du Commerce. ...