Toi et moi

sam, 13. Jan. 2018

Je n’aurais pas dû y aller, et le soir des nocturnes en plus, je le savais. A l’entrée, déjà, ça commençait mal. Par un mensonge et le tutoiement. Le personnel en chemise jaune, heureux? Vraiment? Que moi, oui moi, je sois là, dans ce magasin au parcours imposé? Passons sur «heureux» (qui jouit du bonheur, dit LeRobert, qui éprouve du plaisir, de la satisfaction), reste le tutoiement. Pourquoi me tutoyer? On ne se connaît pas, etc. Tout bien réfléchi – l’idée m’est venue au rayon séjour, quand j’essayais le canapé convertible Ypperlig (599 fr.) plus classe que le Lycksele Löväs (359 fr.): en fait, ce n’est pas à moi personnellement que ces mots de bienvenue étaient adressés, mais à une clientèle plus jeune, entre vingt et trente ans, qui s’installe dans la vie et pour qui le tutoiement…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

«J’ai dû dire “non” et ce n’est pas facile»

Nommé lieutenant de préfet il y a deux ans, Vincent Bosson a vécu la pandémie à la tête du château de Bulle, en l’absence de Patrice Borcard.

Le Riazois raconte comment il a répondu à de nouvelles questions chaque jour et comment il a fait respecter l’ordre public durant cette crise.

De retour à la normale depuis une semaine, la préfecture s’attelle à relancer certains dossiers en vue des votations de septemb...