Comme un exode spatial

jeu, 24. mai. 2018

Jon Hopkins

SINGULARITY
Domino Records / Irascible

Depuis quelques mois, une bonne partie du public électronique est en ébullition. La cause de cette agitation? Singularity, le dernier album du Britannique Jon Hopkins. Cette fois-ci, le musicien reprend des éléments de ses précédents travaux, principalement Immunity et la bande-son du film Monsters, tout en raffinant son style. Pas de dépaysement, mais une belle amélioration. Balançant entre techno de salon et musique classique, les septante-cinq minutes de l’album semblent raconter un exode spatial. Pour renforcer cette narration, les pistes s’enchaînent parfaitement, le tout étant pensé pour être écouté dans l’ordre.

Ainsi, Singularity, le premier titre, s’ouvre avec une seule note devenant progressivement plus saturée. Le vaisseau…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Face au monstre coronavirus, le Bellu présente son Plan BB

Forcé par la crise sanitaire à se réinventer, le Belluard Bollwerk a choisi de se redéployer en une version réduite et nomade. Rencontre avec Laurence Wagner, nouvelle directrice du festival fribourgeois.

ÉRIC BULLIARD

ART CONTEMPORAIN. Son premier Belluard Bollwerk, Laurence Wagner le voulait monstrueux. En choisissant ce thème, la nouvelle directrice du festival fribourgeois d’art contemporain ne pouvait évidemment se douter qu’un vrai m...