Conte déglingué et fictionnel

jeu, 03. mai. 2018

A la galerie Focale, à Nyon, Stéphane Lavoué expose Aterre, une série de portraits, de natures mortes et de paysages en dialogue avec la Bretagne, sa terre d’adoption. Rencontre.

CHRISTOPHE DUTOIT

Pour qui s’est un jour délecté des portraits en dernière page de Libération, Stéphane Lavoué n’est pas un inconnu. De passage samedi à Nyon, à l’occasion de son exposition à la galerie Focale, le photographe de 42 ans se souvient de l’«école Libé», de l’apprentissage de la lumière et de «l’intensité de chacune de ces rencontres».

Dès le tournant du millénaire, le Mulhousien a photographié des artistes, des sportifs, des politiciens, des patrons. «Souvent, je les faisais poser près d’une fenêtre. Dans les grands appartements parisiens, il n’y a jamais de lumière directe. La douceur qui…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Masqués au marché, comme une bulle au centre de Bulle

Jeudi matin au marché de Bulle, une majorité de clients et de marchands portaient un masque de protection. Cerclé de barrières, le centre-ville ressemblait à une enclave. Plusieurs vendeurs fâchés ont préféré quitter le marché. Reportage.

CHRISTOPHE DUTOIT

COVID-19. «Ce matin, ils n’ont pas tous lu La Gruyère!» Sur une terrasse de la place du Marché, on surprend des discussions dignes du Café du Commerce. ...