Un regard extérieur

Commentaire

Tourisme gagnant. Les ressemblances sont troublantes: même altitude, même attachement émotionnel au ski, même manque de neige, mêmes problèmes financiers. Sur le papier, Charmey et Kronberg partageaient bien des points communs. Sauf que la station appenzelloise a décidé, en 2011, d’abandonner le ski au profit d’autres activités et qu’elle dégage désormais plus de 500 000 francs de bénéfice chaque année, sans aide publique. Un tel succès aiguise les appétits. En effet, pourquoi ne pas importer les recettes gagnantes? Comme organiser des brunches le dimanche matin à Vounetz… Certes, mais la clé est ailleurs: «Il faut innover, martèle le président du Kronberg. Etre en avance. Créer des synergies. Mettre en avant les produits locaux.» En Appenzell, tout est Appenzeller: le fromage, la liqueur, les pains d’épice, la bière, même le lait corporel. En Gruyère, n’a-t-on pas le gruyère? Et le chocolat? Quand il a appris que 400 000 visiteurs arrivaient chaque année à la Maison Cailler, à cinq kilomètres de Charmey, Markus Wetter a failli défaillir. «Comment, vous n’avez encore rien tenté pour les attirer chez vous?» bondit-il, les yeux écarquillés. Il ne faut pas forcément chercher les recettes ailleurs: un simple regard extérieur permet parfois d’ouvrir les yeux… Christophe Dutoit

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Globull se trouve en situation critique

Fermé quatre mois à cause de la crise sanitaire, le club bullois Globull ne parvient pas à retrouver sa clientèle. Sa grande capacité d’accueil le dessert, estime son administrateur Gilles Ancion, qui redoute les conséquences économiques et sécuritaires d’une fermeture définitive.

PRISKA RAUBER

COVID. C’est un plaidoyer, qui sonne comme un avertissement. Le monde de la nuit souffre encore de la crise du Covid et s’il nR...