Un bétonnage excessif

COMMENTAIRE


Votation. Qui peut être pour le mitage du territoire? C’est-à-dire, selon le Larousse, pour la «prolifération anarchique des constructions». «Prolifération anarchique», ça pique les yeux et ça fait mal aux oreilles, à moins d’être promoteur immobilier dans une station de montagne ou patron d’une grande entreprise de construction. Et encore. La préservation des terres cultivables et du paysage, fierté nationale, fait l’unanimité. Tout le monde semble donc être d’accord sur le but recherché par l’initiative des Jeunes Verts «pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage)», soumise au vote le 10 février. Mais tout le monde ne s’accorde pas sur les moyens à mettre en place pour y parvenir. Les initiants prônent la méthode radicale: le gel de la surface actuelle des zones à bâtir. Une fois pour toutes. Un bétonnage constitutionnel qui dérange. D’autant plus que l’initiative ne limiterait pas les constructions hors zone à bâtir, celles qui nuisent le plus au paysage. Une certaine souplesse dans l’évaluation des besoins doit rester possible.
Pour autant, un non dans les urnes ne doit pas non plus ouvrir la voie à des mises en zone à bâtir trop généreuses. Comme c’était le cas avant la nouvelle Loi sur l’aménagement du territoire, acceptée en 2013. Une loi qu’il s’agit d’appliquer strictement. François Pharisa

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Globull se trouve en situation critique

Fermé quatre mois à cause de la crise sanitaire, le club bullois Globull ne parvient pas à retrouver sa clientèle. Sa grande capacité d’accueil le dessert, estime son administrateur Gilles Ancion, qui redoute les conséquences économiques et sécuritaires d’une fermeture définitive.

PRISKA RAUBER

COVID. C’est un plaidoyer, qui sonne comme un avertissement. Le monde de la nuit souffre encore de la crise du Covid et s’il nR...