Message d'erreur

Notice: Undefined offset: 0 in Database::parseConnectionInfo() (line 1585 of /var/www/cms/prod/gru/webroot/includes/database/database.inc).

Tracasserie acceptable au regard des enjeux

Editorial


Directive sur les armes. Etablir plus précisément l’origine des armes à feu, en particulier semi-automatiques, détenues en Suisse, vouloir en harmoniser le contrôle avec nos Etats voisins et renforcer l’échange d’informations à leur sujet. Ces buts ne devraient-ils pas aller de soi, tant ils font preuve de bon sens? D’autant plus que les moyens préconisés dans l’objet soumis au vote le 19 mai prochain – soit la reprise de la directive européenne sur les armes – ne portent atteinte ni à notre mythe du citoyen soldat ni à notre tradition du tir sportif: quiconque souhaite conserver son arme d’ordonnance à la fin de son service militaire pourra le faire. Comme aujourd’hui. Quiconque souhaite pratiquer le tir sportif pourra le faire. Comme aujourd’hui.
A condition pour ce dernier, il est vrai, de prouver qu’il est bien affilié à une société de tir ou qu’il se sert régulièrement d’une arme.
De simples démarches administratives à remplir, donc. Rien de plus. Surtout, rien de liberticide ni d’antisuisse dans cette révision de la Loi sur les armes, comme le prétendent ses opposants, rangés derrière une UDC qui ne manque pas l’occasion, en pleine année électorale, d’instrumentaliser une votation pour taper sur l’Union européenne.
La véritable cible de ce jeu dangereux. Car refuser cette nouvelle donne législative pourrait avoir des conséquences autrement plus lourdes que des chicaneries administratives: la Suisse pourrait se voir exclue du système de coopération Schengen/Dublin, à moins que l’Union européenne – sa commission et tous ses Etats membres – n’accepte de négocier et de fermer les yeux. Possible. Mais pourquoi risquer ainsi de se tirer une balle dans le pied? François Pharisa

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Des feux d’artifice le 1er Août… dans trois communes seulement

Ce samedi, rares sont les communes gruériennes à proposer des feux d’artifice. La faute au coronavirus.

Certaines ont néanmoins redoublé d’efforts pour perpétuer la tradition malgré tout.

A Bulle, il n’est pas certain que les feux reviennent l’année prochaine.

YANN GUERCHANIK/FRANÇOIS PHARISA

FÊTE NATIONALE. Il manque quelque chose dans les yeux d’Yvan Gougler. Un éclat, une incandescence. L’enthousiasme...