Arrêter les feux

A propos des festivités du 1er Août.

Les festivités du 1er Août célèbrent l’accord de paix signé le 1er août 1291 entre les représentants des trois cantons primitifs: Uri, Schwytz et Nidwald, rapidement rejoints par Ob-wald. Ce pacte fédéral n’était à l’origine qu’un accord de paix assez ordinaire – la fondation officielle de l’Etat fédéral tel qu’on le connaît remontant au 12 septembre 1848. On aurait aussi pu commémorer le serment du Grütli, que l’on situe en 1307, entre Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffacher. Mais alors, pourquoi en 2019, à l’ère de la digitalisation et de l’écologie à empreinte carbone, faisons-nous encore en Suisse des feux du 1er Août, si cette tradition remonte au Moyen Age quand les feux étaient à l’époque utilisés comme moyens de communication à distance? Au cours des cent dernières années, le taux de CO2 dans l’atmosphère a constamment augmenté. Pourquoi donc devoir encore honorer les autorités suisses qui, depuis 1891, demandent à tous les cantons de respecter un programme commun où il est notamment demandé de sonner les cloches des églises à 19 h et d’organiser des feux de joie sur les hauteurs même si les facteurs d’émission de CO2 planétaire sont trop élevés? Pourquoi ne pas montrer l’exemple à nos voisins en ce jour du 1er août 2019 en plantant des arbres pour nos générations actuelles et futures, en nettoyant la nature souillée, en faisant résonner les sirènes de l’alarme générale, mais aussi celles de l’alarme eau et de hisser haut notre beau drapeau national sans oublier de sonner les cloches à nos politiciens responsables pour le bien de tous, tout en précisant que pour la revalorisation des rebuts de bois, les déchetteries se met-tent au service des citoyens! La tradition, c’est le progrès dans le passé; le progrès dans l’avenir, ce sera la tradition? COP 25 au Chili: des gestes pour protéger la planète au quotidien. Marc-Olivier Peter, Zoug

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Ils doivent refuser du monde et leur chiffre d’affaires chute

Mesures sanitaires obligent, les soirées bulloises n’ont plus le même visage depuis la réouverture des bars et des restaurants. Si les Gruériens ressortent et respectent les règles, les établissements, contraints de limiter leur offre, ont vu leur chiffre d’affaires chuter.