La métaphore de la cordillère

mar, 14. Jan. 2020

PAR GLENN RAY

Avec La cordillère des songes, le réalisateur chilien Patricio Guzmán dénonce l’amnésie et l’immobilisme de son pays d’origine depuis la fin de la dictature en 1990. Ces stigmates se traduisent aujourd’hui par un soulèvement populaire qui n’est pas surprenant aux yeux de Guillermo Valenzuela. Cet ancien éducateur de rue à Santiago exilé en Suisse depuis bientôt trente ans interviendra au terme de la séance organisée par Ciné-Doc afin d’évoquer l’œuvre de Patricio Guzmán et la situation au Chili.

La cordillère des Andes sert de fil rouge à Patricio Guzmán pour relater les années de la dictature d’Augusto Pinochet. Comment expliquez-vous la place centrale que celle-ci occupe dans la culture chilienne?

Guillermo Valenzuela. Au Chili, la cordillère des Andes est présente dans…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Masqués au marché, comme une bulle au centre de Bulle

Jeudi matin au marché de Bulle, une majorité de clients et de marchands portaient un masque de protection. Cerclé de barrières, le centre-ville ressemblait à une enclave. Plusieurs vendeurs fâchés ont préféré quitter le marché. Reportage.

CHRISTOPHE DUTOIT

COVID-19. «Ce matin, ils n’ont pas tous lu La Gruyère!» Sur une terrasse de la place du Marché, on surprend des discussions dignes du Café du Commerce. ...