Aleviner le moins possible, mais autant que nécessaire

mar, 25. fév. 2020

PAR XAVIER SCHALLER

PÊCHE. Ouvrira? Ouvrira pas? La pisciculture d’Estavayer fait couler beaucoup d’encre, et encore plus de salive dans la Broye. Prônant le pragmatisme, le canton a confié l’alevinage du lac de Neuchâtel à la station de Colombier, plutôt que de dépenser 1,5 million de francs supplémentaire pour mettre la sienne en service. «D’autant que des spécialistes mettent en doute la nécessité de l’alevinage», a lancé le conseiller d’Etat Didier Castella lors du débat au Grand Conseil. «Je suis incapable de dire si dans cinq ou dix ans, on fera encore cela.»

L’alevinage n’a plus la cote, notamment auprès de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). «Aujourd’hui, le mot d’ordre est devenu “le moins possible, mais autant que nécessaire”», peut-on lire dans sa publication…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Globull se trouve en situation critique

Fermé quatre mois à cause de la crise sanitaire, le club bullois Globull ne parvient pas à retrouver sa clientèle. Sa grande capacité d’accueil le dessert, estime son administrateur Gilles Ancion, qui redoute les conséquences économiques et sécuritaires d’une fermeture définitive.

PRISKA RAUBER

COVID. C’est un plaidoyer, qui sonne comme un avertissement. Le monde de la nuit souffre encore de la crise du Covid et s’il nR...