Les chères mondialisations

jeu, 26. mar. 2020

L’auteur de cette tribune espère que le virus va nous faire réfléchir à des modèles économiques plus humains, basés sur des productions locales.

Des mondialisations s’accumulent en couches inquiétantes ces temps-ci. Une mondialisation économique déjà bien ancrée avec son lot de délocalisations de firmes gourmandes vers des pays pauvres, une mondialisation des sensations fortes qui nous pousse, voyeurs impénitents, à importuner les habitants de contrées exotiques qui veulent vivre en paix, une mondialisation du CO2 avec son lot d’incertitudes scientifiques qui font souffler le chaud et le froid (le chaud surtout), une mondialisation de l’émigration et de l’immigration avec son lot de xénophobies (peurs de l’étranger) et, enfin, tout dernièrement, une mondialisation d’un virus porteur de…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Une centenaire à Sâles

Bon anniversaire

Thérèse Ecoffey a fêté ce jeudi son 100e anniversaire. Si le traditionnel cadeau de centenaire a pu lui être offert, la visite officielle d’un membre du Gouvernement a été annulée en raison de l’épidémie de coronavirus.

Née dans la ferme des Landins, à Rueyres-Treyfayes, c’est dans ce même lieu qu’elle réside aujourd’hui avec sa sœur Gisèle. De son enfance, elle gar...