Les paysans d’ici sont aussi touchés par le manque de bras

mar, 21. avr. 2020

PAR JEAN GODEL

COVID-19. L’agriculture suisse emploie quelque 35 000 ouvriers étrangers, principalement de l’Europe de l’Est, dont environ 15 000 à l’année. Alors, à l’annonce du semi-confinement et des restrictions de circulation aux frontières, on a craint le manque de bras. Et d’abord dans les grandes exploitations maraîchères du Plateau où ces ouvriers sont indispensables – et en nombre – aux récoltes.

Aujourd’hui, les agriculteurs du sud du canton, actifs dans la production laitière, commencent aussi à rencontrer des problèmes. Car ils sont nombreux à employer un ou deux ouvriers étrangers à l’année, souvent des Polonais ou, plus encore, des Roumains. Or, tous ne sont pas là (lire ci-dessous). Et la montée à l’alpage approche, elle qui débute généralement durant la seconde quinzaine…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Des feux d’artifice le 1er Août… dans trois communes seulement

Ce samedi, rares sont les communes gruériennes à proposer des feux d’artifice. La faute au coronavirus.

Certaines ont néanmoins redoublé d’efforts pour perpétuer la tradition malgré tout.

A Bulle, il n’est pas certain que les feux reviennent l’année prochaine.

YANN GUERCHANIK/FRANÇOIS PHARISA

FÊTE NATIONALE. Il manque quelque chose dans les yeux d’Yvan Gougler. Un éclat, une incandescence. L’enthousiasme...