Du bois pas si mort que ça pour favoriser la biodiversité

mar, 02. juin. 2020

PAR XAVIER SCHALLER

Eric Meier est le nouveau garde forestier du triage Haut-Intyamon. Tout beau, tout neuf, fraîchement diplômé et engagé depuis octobre. Il doit gérer une situation particulière, car de nombreux arbres meurent sur son territoire. «Surtout les épicéas, qui n’ont pas des racines très profondes et souffrent du changement climatique et de la sécheresse.»

Et ces arbres, il les laisse là, morts sur pied ou au sol. Ce qui fait cheni, aux yeux de certains, tout comme les chablis, les restes de coupes ou les souches. Exemple au-dessus de Neirivue, un versant est très exposé, au sol calcaire et sec. «Avant, la forêt était “bien rangée”, maintenant un peu moins, alors les gens s’inquiètent. Ça montre au moins qu’ils s’intéressent aux forêts.»

Aux alentours, le brun des arbres morts…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Une menuiserie détruite par le feu à Neirivue

Les sapeurs-pompiers et la Police cantonale sont intervenus samedi dans la soirée en raison d'un incendie, à Neirivue. Aucun blessé n'est à déplorer, mais la bâtisse qui abritait une menuiserie a subi d’importants dommages. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes du sinistre.