La plaie des déchets sauvages

sam, 11. jui. 2020

Coup de gueule d’un lecteur.

J’ai l’habitude, en me baladant, de me munir d’un sac-poubelle et de ramasser les déchets qui jonchent les chemins un peu partout. Souvent, le sac de 35 l n’est pas suffisant.

Sur le podium: 1) ceux qui n’achètent pas de vignette et déposent leurs sacs-poubelle entiers, généralement à dix mètres à l’intérieur de la forêt; 2) ceux qui font des travaux chez eux ou des entreprises qui vont évacuer leurs gravats dans la forêt. Inclus plastiques, briques, laine de verre, bouteilles, bois divers, bidons de peinture avec les pinceaux bien sûr, etc.; 3) ceux qui jouent à jeter leurs canettes, bouteilles de bière par la fenêtre de leur voiture.

Et que dire autour des tables de pique-nique mises à disposition dans les bois avec le feu pour les grillades. Mégots,…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending