La pyathe dou tsin

sam, 21. nov. 2020

Deché-delé

Vo chédè prà ke lè krouyè novalè van prà pye rido tyè dè bounè. M’in d’an kontâ ouna, i pu pâ vo dre ke l’è bouna, ma l’è la pràva ke le mondo l’è bin malâdo.

Ou dzoua d’ora, lè divorche chon a la mouda. L’è veré ke di kou, vô mi ithre cholè tyè mô akonpanyi. Adon hou dou, in inchtanthe dè divorche, iran in trin dè rèyâ lou konto dèvan on avoka. Anfin, irè le momin dè partadji; dè rèparti lè j’afére dou minâdzo, dè la méjon. To chin ou pye èkitâbyo.

La panchyon, l’oto, la méjon, lè màbyo, fachilo. Lè j’infan? «Vê la mére-gran… lè j’âmè tan, no lè prindrindu tin j’in tin!»

L’afére chinbyâvè rèyâye ou mi, por ti. Ma, to por on kou la dama fâ na rèchoutâye: «Le tsin, mè le vouêrdo!» «Rin dè chin ke l’i rèbrekè chi ke l’è dza pâ mé che n’omo. Chi tsin lè myo, i mè konyè, i m’âmè……

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Ils renoncent à la réouverture pour éviter une faillite prochaine

La deuxième fermeture des cafés, restaurants et autres lieux de rencontres ne restera pas sans conséquences. Les premières entreprises en difficulté annoncent la cessation de leurs activités. Deux exemples bullois.

SOPHIE ROULIN

Leur bail courait jusqu’à novembre 2021. Pourtant, Ana et Alain Paréjas ne rouvriront pas leur établissement de l’Hôtel de Ville, à Bulle, le 10 décembre prochain. «Nous avons pu faire face...