Haut-Karabakh, rien n’est simple

jeu, 03. déc. 2020

Vainqueurs aujourd’hui, les Azerbaïdjanais font fuir du Karabakh des dizaines de milliers d’Arméniens. A trente ans de distance, les deux peuples ont connu des drames humains symétriques. Pour saisir le ressentiment des deux côtés, il est utile de s’en souvenir.

Le dernier conflit du Haut-Karabakh, opposant l’Arménie (3 millions d’habitants) et l’Azerbaïdjan (9 millions) autour de ce territoire, s’est terminé le 9 novembre dernier par un cessez-lefeu. Cette guerre de quarante-quatre jours clôt un cycle commencé en 1988 vers la fin de l’empire soviétique. En 1994, les Arméniens, soutenus militairement par la Russie, avaient écrasé l’Azerbaïdjan et expulsé violemment quelque 600 000 civils des districts de l’est et du sud du territoire. Aujourd’hui clairement vainqueurs, les Azerbaïdjanais…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses