Frédéric Yerly «sauvé des eaux»

jeu, 10. juin. 2021

AUTOMOBILISME. La déception fut à la hauteur de l’attente. Quatre ans après son abandon, Frédéric Yerly a vu les éléments se déchaîner sur les 24 heures du Nürburgring. Samedi, la pluie et l’épais brouillard ont contraint les commissaires à agiter le drapeau rouge après six heures de course. L’épreuve allemande n’a repris que dimanche à midi. Après neuf heures de roulage (au lieu de vingt-quatre), le Gruérien et ses trois équipiers du Max Kruse Racing ont pris la deuxième place finale.

«La déception n’est pas liée au résultat, mais plutôt au déroulement de course, réagit Frédéric Yerly. Dans ces conditions météorologiques, il fallait “survivre”. Alors que plusieurs accidents graves se sont produits, nous n’avons pas fait une griffe à la voiture. C’était l’essentiel.»

Le pilote d’Echarlens…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le Moléson gravi six fois en 22 heures

L’idée a germé cet hiver: six ascensions du Moléson, par six côtés différents. Garry Heger l’a concrétisé ce dimanche 6 juin.

ANN-CHRISTIN NÖCHEL

DÉFI. Vingt-deux heures et vingt-quatre minutes. C’est le temps qu’il aura fallu au Bullois Garry Heger pour gravir six fois le Moléson par six chemins d…