Où sont les Vert·e·s?

mar, 19. oct. 2021

A propos de l’affichage politique.

Ce qui fait la richesse de notre paysage, ce sont les montagnes, cours d’eau, forêts, places vertes et étendues naturelles. Malencontreusement, en parcourant nos chemins, routes et sentiers vous aurez eu du mal à ignorer qu’une nouvelle espèce envahissante a trouvé refuge dans notre canton: les affiches de campagne. Elles poussent dans notre région sur un terreau semble-t-il plus fertile qu’à nos pistes cyclables, avec une croissance incroyablement plus dense que nos transports publics et une vivacité qui dépasse largement celle de nos écosystèmes. Les lampadaires et autres infrastructures locales sont devenus les tuteurs de l’affichage politique sauvage, qui, selon notre législation, lui permet d’être dotée de droits que le monde culturel, les entreprises et les producteurs locaux ou Monsieur Tout-le-monde semblent manquer. Ainsi, être politique offre un passe-droit qui assure de faire fi des restrictions imposées aux autres. Personnellement, je préférerais voir une fresque de Jacques Rime sur ce rond-point-ci, une boutade bien placée faisant la promotion d’un humoriste local sur ce lampadaire-là ou une publicité dans ce pré pour la seule fondue qui vaille la peine, soit évidemment la nôtre! Mieux encore: laissons vierges de nos éclats politiques et autres affichages nos régions et donnons corps à nos idées en les véhiculant par d’autres moyens. Ainsi, à tous ceux qui regrettent l’absence de nos visages sur vos trajets journaliers: soyez rassurés, nous sommes là. Il faut juste plisser un peu les yeux et vous nous verrez derrière cette belle forêt, montagne, pré ou cours d’eau. Frédéric Bussard, candidat Vert au Grand Conseil, Gruyères

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses