Une amende injustifiée?

mar, 23. nov. 2021

A propos d’un rassemblement de manifestants contre le passe sanitaire.

Comment se fait-il qu’une manifestation qui, selon l’avis de la police elle-même – «L’ambiance était bon enfant. Tout s’est déroulé dans le calme: il n’y a eu aucun incident.» (La Gruyère du 2 octobre) –, débouche sur une amende de 500 francs à l’encontre d’une seule prévenue? Alors que cette manifestation était spontanée, à la suite d’échanges sur les réseaux sociaux. A la demande de la police, la prévenue, en accord avec d’autres manifestants, a bien voulu se désigner comme porte-parole. Mais en aucun cas comme organisatrice ou leader. Chacun est venu de son plein gré à ce rassemblement. En l’occurrence, comme la police le lui avait demandé, la prévenue, en tant que porte-parole, a averti de la manifestation prévue. Aussitôt, la police locale a contacté la police cantonale, qui a dénoncé la prévenue au préfet. Celui-ci a refusé
de la recevoir et a prétendu que la police ne l’avait pas informé de la deman­de concernant l’autorisation de la manifestation. Finalement, la prévenue a été reconnue coupable de «violation des règles de la circulation routière et de contravention au Règlement général de police de la ville de Bulle» pour avoir traversé la route à plusieurs reprises. Nous considérons que la prévenue est un bouc émissaire noyé au milieu des manifestants, qui ont tous emprunté le même parcours. Elle est pénalisée pour avoir bien voulu décliner son identité, avec honnêteté, droiture et confiance. En tant que participants, nous souhaitons que la justice supprime cette amende injustifiée ou la répartisse équitablement entre tous les manifestants. Nicole Ayer, La Tour-de-Trême, au nom de plusieurs manifestants

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses