Rémi Bonnet, un gros moteur de 17 ans

| jeu, 17. Jan. 2013
Le junior Rémi Bonnet est la révélation de ce début de saison. A 17 ans, le Charmeysan ne dispute que sa première saison. Après quelques courses, il a déjà intégré l’équipe de Suisse.

PAR THIBAUD GUISAN


C’est le phénomène de ce début d’hiver. A moins de 18 ans – il les fêtera en mars – Rémi Bonnet grimpe plus vite que son ombre sur les tracés de ski-alpinisme.
C’est bien simple, dans la catégorie juniors, le Charmeysan a remporté toutes les courses auxquelles il a participé! Sur les montées verticales de Loèche, Verbier, Morgins et Veysonnaz, l’apprenti constructeur métallique s’est envolé. «J’étais un peu étonné de ces résultats», sourit le Gruérien, rencontré dans son chalet de Charmey.
Rémi Bonnet n’était pas au bout de ses surprises. Début janvier, il était contacté par le Swiss Team, l’équipe nationale de ski-alpinisme. Résultat: le Gruérien a intégré le cadre national (relève). Dans la foulée, il a disputé ses premières épreuves de Coupe du monde, le week-end dernier en Italie. «Cette saison, je pensais juste faire quelques nocturnes par chez nous. Et je me retrouve en Coupe du monde. J’ai de la peine à réaliser ce qui m’arrive.»
D’autant que, pour sa première apparition sur le circuit mondial, le Charmeysan a failli décrocher un podium sur la course verticale (4e), avant de terminer 11e de l’épreuve individuelle. «Durant toute la verticale, j’étais en troisième position. Un concurrent est revenu sur moi à la fin. Mais je ne peux pas être déçu. Le parcours était assez roulant. Je préfère quand c’est raide. Sur les plats, je n’ai pas encore la technique. C’est comme avec les portages.»


Ancien footballeur
Il faut dire que l’ancien footballeur du FC Charmey – il a joué jusqu’en juniors B – ne s’est mis au ski-alpinisme que l’hiver dernier. «Ça m’a tout de suite plu. J’ai toujours été endurant.»
Effet boule de neige. Grâce à ses excellents résultats, le Gruérien devrait disputer le reste de la Coupe du monde. La prochaine manche aura lieu les 25 et 26 janvier aux Marécottes. «Après, début février, il y aura les championnats du monde. Il y a de bonnes chances pour que j’y participe.»
Le jeune sportif est désormais encadré par Grégory Gachet, le nouvel entraîneur du Swiss Team. «On communique par e-mails. Il me fournit les plans d’entraînement pour chaque jour. Avant, je suivais mes sensations.» Le Gruérien glisse en souriant qu’il est «un mordu d’entraînement» et qu’il a «la tête dure».


D’abord à pied
Son aventure a commencé cet été avec une grosse préparation en course à pied, à raison de cinq ou six sorties par semaine. Il terminera 1er junior du Kilomètre vertical de Chandolin, obtiendra le 3e temps scratch entre Courtepin et Fribourg lors de Morat-Fribourg et se classera 2e junior du Kilomètre vertical de Fully. «En course à pied comme en ski-alpinisme, on apprend à connaître son corps et ses limites. Par contre, les paysages sont plus beaux l’hiver. Le cadre est exceptionnel. Des fois, on n’a pas envie de redescendre.»
Dès le mois de novembre, Rémi Bonnet a effectué ses premières sorties à skis. «J’ai demandé conseil aux Charmeysans Vincent Mabboux et Cédric Remy. Je me suis vite entraîné entre huit et dix heures par semaine, pour l’endurance. En pleine saison, c’est la qualité qui prime. Il faut aussi savoir se reposer.» Autres compagnons d’entraînement: Baptiste Spicher (Marsens) et Cédric Brodard (La Roche), du Swiss Team, et Simon Sauteur, de Riaz.


Les aînés impressionnés
Taillé pour le ski-alpinisme – avec 183 cm, il ne pèse que 69 kg – Rémi Bonnet impressionne les aînés du circuit. «C’est une machine», dit Nicolas Philipona, champion de Suisse de montée verticale en 2011. «Il s’est entraîné comme un fou, mais je suis impressionné par sa facilité à être devant tout de suite.»
Didier Moret parle d’«un gars assez calme». «Il a un gros moteur et une énorme motivation, estime l’ancien vainqueur de la Patrouille des glaciers. En plus, il skie bien en descente. C’est un gros potentiel pour le ski-alpinisme suisse. Mais faudra voir dans la durée comment il digère les charges d’entraînement.»
Pour l’heure, le phénomène Bonnet a faim. Très faim.

 

------------------------

 

Au tour de La Berra
Après la Nocturne de Vounetz et le Trophée des Paccots, la 14e édition de la Nocturne de La Berra se déroulera vendredi dans la station gruérienne. Comptant pour la Coupe de Suisse nocturne et de
raquettes à neige, cette traditionnelle épreuve devrait attirer passablement de participants, compte tenu qu’aucune autre épreuve de ski-alpinisme n’est organisée ce week-end et que les conditions sont «idéales» selon les organisateurs. Entre 200 et 250 personnes sont attendues. Le départ sera donné à 19 h 30 au Brand, à la station inférieure. Jusqu’à l’arrivée, les athlètes parcourront 2500 mètres
(600 mètres de dénivellation). A noter qu’il est possible de s’inscrire sur place dès 17 h 30. Davantage d’informations sur le site www.sclaberra.ch. vac

Commentaires

Bravo! Un jeune plein de volonté et d'énergie qui porte bien haut le drapeau gruérien. Super et bonne continuation. ;-))

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chez la famille Gremaud, un quotidien digne d’une colo

Christelle et Laurent Gremaud viennent d’accueillir leur quatorzième enfant.

L’une des plus grandes familles de la Gruyère vit dans sa maison de Marsens une existence presque tranquille.

L’organisation familiale repose en partie sur la collaboration des plus grands qui se chargent avec plaisir de la garde des petits.

CLAIRE PASQUIER

FAMILLE NOMBREUSE. «Certains disent qu’on ne fait pas assez d’enfants en Suisse. D’autres qu’on est t...