L’homme qui redonne vie à la Machine E d’Ilford

| mar, 09. Jan. 2018

Quatre ans après la faillite d’Ilford, la société allemande Adox vient de remettre en fonction une machine capable de couler des émulsions photographiques à Marly. D’ici cet été, elle espère produire ses propres films noir et blanc. Visite guidée en compagnie de son directeur Mirko Böddecker.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

Pénétrer aujourd’hui dans le bâtiment 140 du Marly Innovation Center, c’est se connecter avec plus de quarante ans d’histoire industrielle, c’est entrer dans le cœur d’un fleuron mondial de la photographie, c’est se souvenir que plus d’un millier d’employés travaillaient jadis sur ce site. Le 10 décembre 2013, la faillite d’Ilford laisse sur le carreau les derniers rescapés de cette aventure, à qui on ne donne que quelques heures pour récupérer leurs effets personnels avant de fermer irrémédiablement l’usine.
Quatre ans plus tard, l’entrée du 140 ne paie pas de mine. Aucune enseigne ne laisse supposer la moindre activité à l’intérieur du bâtiment. Il ne faut pas se fier aux apparences.
Depuis trois ans, Mirko Böddecker s’active pour remettre en fonction la Machine E d’Ilford, la fameuse experimental machine dont le plan date de 1969. Sur trois étages, elle occupe presque l’entier du bâtiment, où elle servait à la recherche et développement et aux tests de coulage d’émulsions photographiques.


«Qualité suisse»
Mirko Böddecker raconte cet-te histoire avec son inaltérable sourire. «Le premier échantillon de papier jet d’encre monocouche, celui qui a reçu le Tipa Award, a été coulé sur la Machine E. C’est une très bonne machine. Qualité suisse.»
Depuis son arrivée à Marly le 1er janvier 2015, l’Allemand s’attache à rassembler toutes les pièces du puzzle dans le dédale. «Après la faillite, le Tunnel 4 a été très vite démantelé, car ils pensaient louer le bâtiment. Nous avons dû réagir dans l’urgence, pour récupérer les pièces les plus intéressantes. Finalement, ils n’ont pas réussi à louer les locaux…»
Racheté par deux de ses anciens directeurs, le site renaît en effet sous le nom de Marly Innovation Center et loue en leasing la Machine E à Adox, une manufacture photographique née en 1860 et relancée en 2009 par Mirko Böddecker.


Tuyaux enchevêtrés
Entrons dans la vénérable machine. Bien que bientôt cinquantenaire, elle a subi ses dernières mises à jour en décembre (lire ci-dessous). Au centre du bâtiment, elle court sur trois niveaux. Etrange sentiment: on se croirait dans un monstre industriel, fait de tuyaux enchevêtrés, de voyants lumineux, d’écrans d’ordinateurs antédiluviens, de cadrans de contrôle dont on se demande bien ce qu’ils doivent contrôler.
Au milieu de ce labyrinthe chaotique, Mirko Böddecker semble connaître chaque écrou, comme s’il avait toujours travaillé dans son sein. Il s’arrête devant les pompes qui servent à transférer les émulsions liquides. «Dans le Tunnel 4, les tuyaux sont grands comme le poignet. Ceux-ci ont le diamètre d’un petit doigt. Lorsque nous mettons en marche la Machine E, nous ne perdons que trois litres. Ça représente des centaines de francs, mais c’est tellement moins que ce que coûtait le Tunnel 4…» On imagine volontiers. Et on se souvient que, à la grande époque, Ilford coulait des centaines de kilomètres de papiers photographiques chaque année, 24 heures sur 24.


Deux fois par mois
On grimpe une échelle pour atteindre la tête de coulage, d’une précision diabolique. Pas question d’y déposer même une feuille de papier, elle serait déréglée. «Actuellement, nous coulons environ deux fois par mois», explique le boss. Des filtres colorés dont un nouveau brevet a été déposé, mais aussi les émulsions pour d’autres marques, «pour payer les factures».
Aujourd’hui, la Machine E est silencieuse. L’amorce rouge vif trace les 98 mètres du trajet. «Quand la bobine casse, ça nous prend deux jours pour tout nettoyer et tout remettre en ordre. Par chance, ce n’est arrivé que deux fois.» On traverse une étroi-te passerelle pour atteindre les nouveaux filtres. «Un technicien m’a dit qu’elle avait encore rétréci depuis la dernière fois (rires). Il n’arrivait plus à la franchir.»
D’ici à cet été, Adox ambitionne de couler ses propres films noir et blanc sur la Machine E. «Nous devons encore parfaitement maîtriser la préparation chimique des émulsions.» Où il est question de tailles de cristaux, de précipitations, de nanotechnologie appliquée… «Nous voulons atteindre une production autonome et durable.» Qui l’aurait cru il y a tout juste quatre ans? ■
 

--------------------

«Ilford ne voyait plus d’avenir, mais, à notre niveau, il y a un futur»

Pourquoi avoir racheté cette machine après la faillite d’Ilford en 2013?
Mirko Böddecker: Lorsque le Tunnel 4 a été démantelé, nous avons sauvé ce que nous avons pu. A l’époque, la Machine E d’Ilford était uniquement destinée aux tests internes, mais sa capacité est largement suffisante pour satisfaire aujourd’hui la demande mondiale en films et en papiers jusqu’au format 50 centimètres. Lorsque j’ai décidé de l’acheter, en 2014, mon idée était de la déplacer en Allemagne. Mais, ici à Marly, nous avons trouvé une situation parfaitement fonctionnelle. Nous avons par exemple besoin d’eau déminéralisée, de trois différentes températures de vapeur… Tout est disponible sur le site, nous pouvons acheter cette énergie au kilowattheure, sans procéder nous-mêmes à ces investissements. Il n’y avait qu’à presser le bouton sur ON et la machine était lancée. Cela contrebalance les coûts très élevés de la Suisse, à nos yeux d’Allemands…

Pourquoi n’avez-vous pas commencé immédiatement la production?
Lors des premiers tests, nous n’arrivions pas à la même qualité finale, notamment à cause des poussières. Nous avons donc mis à jour les caractéristiques de production, nous avons changé les ventilateurs vieux de quarante ans, nous avons entièrement nettoyé et modifié le tunnel de séchage, nous avons installé de nouveaux filtres. A la mi-décembre 2017, nous avons procédé aux derniers tests. Nous sommes désormais au point avec ce processus. Nous sommes prêts à démarrer la production.

Allez-vous fabriquer vos propres films à Marly?
Nous espérons couler le premier film photographique durant l’été 2018. Entre-temps, nous avons déjà produit d’autres matériaux. En décembre, nous avons confectionné notre nouveau produit, des filtres 85B à fixer sur les objectifs, notamment pour utiliser les films cinéma de Kodak en extérieur. La demande est forte et ce filtre n’était plus produit. Nous avons réinventé le système, déposé un brevet et nous utilisons les fameux colorants du Cibachrome, très stables à la lumière. En plus, ils sont lavables. Deux atouts majeurs sur le marché. Notre but est de couler nos propres films argentiques noir et blanc. Ce sera la cerise sur le gâteau. Nous voulons produire nos propres émulsions, de manière complètement autonome et durable. Mais nous devons encore être capables de préparer nos émulsions nous-mêmes et nous devrons recâbler les lumières rouges de laboratoire, car la machine n’a plus fonctionné dans le noir depuis dix ans.

Pensez-vous également couler à Marly des émulsions couleurs?
A l’époque, Ilford a tenté de couler des microfilms avec cette machine, mais les volumes étaient déjà trop grands. Nous roulons actuellement à 20 mètres par minute, ce qui est largement suffisant. Techniquement, la machine peut couler des émulsions en couleur, en six couches et deux passages. Mais nous n’avons pas les ressources, ni en personnel ni en financement. Il faudrait une équipe d’au moins cent personnes! Tout doit se faire simultanément et continuellement. On ne peut pas tenir une solution plus d’une journée. En théorie, la Machine E peut couler de l’Ilfochrome et du Micrographic. Mais c’est avant tout un problème de personnel.

A quels problèmes devez-vous encore faire face?
Si cette entreprise existe encore, c’est parce que des anciens d’Ilford sont encore là. A nos yeux, c’est toute la valeur. A Marly, nous employons trois personnes, à temps partiel, partagées avec d’autres firmes basées au Marly Innovation Center. On doit trouver des solutions à cause
des salaires suisses. Meinrad et Jürgen sont à la retraite. Nous n’avons acheté aucun brevet, mais nos gens savent comment procéder, ils savent où trouver des informations dans les archives laissées sur place. Nous devons transférer leur savoir à des jeunes. En ce sens, ce serait plus facile en Allemagne… Mais le personnel est la clé. Si d’anciens employés d’Ilford cherchent du travail, nous les attendons. Car, pour nous, c’est difficile de former quelqu’un de A à Z. Notre entreprise est trop petite. On a besoin d’au moins deux techniciens de laboratoire (ou davantage de temps partiels), pour mixer des solutions, faire des tests, réanalyser.

En parallèle, vous bâtissez actuellement une usine près de Berlin. Va-t-elle concurrencer votre activité à Marly?
Le plan d’investissement pour cette uni-té a commencé il y a huit ans, avant notre arrivée à Marly. A l’époque, un des scénarios était d’y implanter une unité de production. Mais tant que celle de Marly fonctionne bien, il n’y a aucune raison de l’arrêter. Maintenant, nous savons que toute la partie électronique de la Machine E est complexe et fragile. Certaines pièces, comme le Katabar (séchoir d’air) ont plus de cinquante ans. S’il flanche, nous aurions un sacré problème. Le cas échéant, ce serait peut-être plus cher de réparer cette machine que d’en construire une nouvelle… Dans ce cas, on devra sans doute reconsidérer notre position et peut-être rapatrier la production à Berlin.
Cela dit, nos employés à Marly gagnent davantage qu’un directeur en Allemagne. C’est la réalité. Je ne veux pas dire que c’est prohibitif, mais… Une tendance serait de conserver la recherche et le développement à Marly.

Dans ce sens, quels sont les atouts de la Machine E?
Pour nos concurrents, enclencher leur machine coûte 15 000 euros en énergie juste pour que tous les voyants soient au vert. Avant de couler leur premier mètre… Du coup, ils produisent rarement et leurs films vendus comme «frais» dans le commerce sont déjà vieux de deux ans… Au contraire, notre machine est très efficace au niveau énergétique. On peut rouler avec 500 francs. On peut se permettre de ne l’enclencher que pour vingt mètres… Nous n’avons pas besoin de faire de la production continue. Paul Willems, le dernier directeur d’Ilford, affirmait qu’il n’y avait plus d’avenir. A notre niveau, je pense qu’il y a un futur.

Comment financez-vous toutes ces activités?
A Marly, on paie la location et les salaires. La Machine E nous appartient désormais. Notre compagnie mère Fotoimpex est âgée de vingt-cinq ans. J’ai toujours réinvesti 100% de mes bénéfices. Le marché de la photo est très dur. En Allemagne, nous touchons des subsides et des rabais sur les intérêts hypothécaires. A Marly, nous avons injecté du cash durant trois ans. En 2017, nous atteignons presque l’équilibre grâce à nos activités de recherche et développement, de coulage pour des tiers et de production de filtres.

Comment voyez-vous aujourd’hui le marché de la photographie argentique?
Il y a une grosse tendance vers la photographie analogique. Fotoimpex n’a jamais connu une croissance annuelle de moins de 10%. Depuis une décennie, elle est en moyenne de 15% à 20% par année. En revanche, il est difficile de savoir si c’est à cause de l’arrivée de nouveaux clients. Ou est-ce que nous grandissons parce que d’autres entreprises abandonnent?

Quel est votre public cible?
Nous sommes le plus grand magasin de photographie argentique en Europe. Une chose est sûre: à Berlin, on voit beaucoup de jeunes gens, et surtout des jeunes femmes, se tourner vers la photographie analogique. Ce sont des digital natives qui cherchent autre chose que la photographie sur les écrans. Nous développons des produits faciles à manipuler, qui donnent de très bons résultats sans connaissances techniques préalables. Notre clientèle est surtout amateure. Nous touchons également quelques professionnels, des spécialistes de la photographie de mariages et des enthousiastes qui utilisent la photographie analogique pour leur hobby, leur book ou leurs travaux personnels. Je sais que Gilles Peress est client chez nous… ■

Retrouvez l'intégralité de ce dossier dans notre édition papier de ce mardi.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.