L’histoire de l’art dans une valise

jeu, 14. juin. 2018

Corinne Desarzens

L’ITALIE, C’EST TOUJOURS BIEN
La Baconnière, 128 pages

C’est aussi l’histoire de l’art de faire sa valise. Ça prend des années pour se rendre compte qu’il faut juste «l’expérience des errances précédentes» et que, au final, il suffit d’y mettre l’essentiel. Dans ce roman de Corinne Desarzens, «l’essentiel» arrive à l’aéroport de Fiumicino (Rome). Las, devant l’éternel tournis du tapis caoutchouté, Ramon Perez prend consciemment la valise d’Augustin Perez. Après tout, ils s’appellent tous les deux Perez! Peu importe, il découvrira l’essentiel de l’autre…

A travers un périple culturel, l’autre sera aussi la découverte du caractère de ses compagnons de voyage, d’une valeur presque égale à celle de la toile du peintre italien Lorenzo Lotto (XVe siècle): L’Annonciation. La…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.