La Toua dou Dzubyà

En patois
En français

Kemin i âmo bin martchi è kan l’é fan dè prindre d’la ôtyà, i m’in vé d’la pâ dè Malèchê ou dèchu dè Chorin. On kou din la dzà, i prinyo le chindê «botanique», por arouvâ a la Toua dou Dzubyà. A la ruva dè chi chindê di pititè pyakè dè fê bayon le têrmo djuchto – achebin in patê – di pyantè, di j’âbro è botsalè k’on pou frochi in pachin. Arouvâ ou pi d’la toua, dou-thin katr’ ègrâ vo j’atindon por arouvâ chu ouna tèrache yô vo ji on kou d’yè a vo moutchi le chohyo. Du lé hô, i vêyo achebin ma méjon, ma dè pye pri.

Po rèdèchindre vê Chorin, i prinyo le chindê ke pâchè vê la fontanna a Katiyon. Chi l’indrê no j’aprin k’in mil-nouthin chouchantè-katro, di tsahyà d’la kotse dou Dzubyà – Piéro Barras, Luvi Marchon, Roger Spicher è Milon Mesot – li-yan kaptâ on felè d’ivouè po chuchtintâ on piti no in bou. Kotyè j’an apri, la chochyètâ dè dèvelopemin dè Vuthèrnin-Velâlou l’a betâ ouna bala pêra chkultâye ke rapalè le konto d’la chorchyére chu cha remache.

Lè fariboulè d’la Katiyon l’è achurâ ôtyè dè bènirà po Dominik Patchi, li ke no j’a fê le dichkour dou Premi d’Ou a Vupin. Irè farmo galé è i tsandzè dè chin k’on intin chovin. L’a bin chu mèhyâ la vreta dou keminhyèmin d’la nahyon avu lè konto ke viron outoua, è achebin rèlèvâ la tsanthe ke no j’an dè chobrâ din nouthron bi payi.

Vonvon Kolly

 

La Tour du Gibloux

Comme j’aime bien marcher et quand j’ai envie de prendre de la hauteur, je m’en vais du côté de Malessert au-dessus de Sorens. Une fois dans la forêt, je prends le sentier botanique, pour arriver à la Tour du Gibloux. Au bord de ce sentier de petites plaques de fer donnent le terme juste – aussi en patois – des plantes, des arbres et arbrisseaux qu’on peut frôler en passant. Arrivé au pied de la tour, 204 escaliers vous attendent pour arriver sur une terrasse où vous avez un coup d’œil à vous couper le souffle. De là-haut, je vois aussi ma maison, mais de plus près.

Pour redescendre vers Sorens, je prends le sentier qui passe vers la fontaine à Catillon. Cet endroit nous apprend qu’en 1964, des chasseurs de la contrée du Gibloux – Pierre Barras, Louis Marchon, Roger Spicher et Milon Mesot – ont capté un filet d’eau pour alimenter un petit bassin en bois. Quelques années plus tard, la société de développement de Vuisternens-Villarlod a posé une belle pierre sculptée qui rappelle le conte de la sorcière sur son balais.

Les contes de la Catillon c’est sûrement quelque chose de béni pour Dominique Pasquier, lui qui a fait le discours du 1er août à Vuippens. C’était très joli et ça change de ce que l’on entend souvent. Il a bien su mêler la vérité du commencement de la nation avec les contes qui tournent autour et aussi la chance que nous avons d’habiter dans notre beau pays.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Semsales récidive dans l’exploit!

Premier club romand à remporter un trophée national en 2019, le UHT Semsales a réussi à décrocher la Coupe de Suisse pour la deuxième fois! Impressionnantes de maîtrise, les Veveysanes se sont imposées 5-1 face aux Grisonnes. Reportage au cœur de l'exploit mardi dans La Gruyère.