On voyâdzo bin arojâ

En patois
En français

Le kàr modâvè a chi j’àrè. To le mondo irè inke, dzoyà, redyè. Tsakon bin inchtâlâ. Pachke i fô dre ke lè Chuiche, in voyâdzo, vouêrdon totavi la mima piêthe. L’an poutithre pouêre dè fére di konyechanthè! To le mondo irè benéje. Ou dêri momin, ouna dama l’è arouvâye, grahyàja, pâ mé tan dzouna, ma bin avinyinta. I tragalâvè on lordo cha, è du chi cha on vèyê gugâ kotyè botoyè.

Ouna djijanna dè j’omo, bon j’ami, l’avan dèchidâ dé fére on piti toua ou Tessin. L’avan rèjêrvâ le fon dou kàr… por ithre a l’éje, vo mè konprindè. N’in d’a ke dzuyon i kârtè,di kou, fô krêre ke le payijâdzo lè j’intèrèchè pou. Ma nouthrè luron chè rèdzoyivan dza d’agothâ le merlot dou Tessin… ou bin ôtyè d’ôtro ke lè rindrè bin dzoyà.

Apri than kilomêtre, chè chon teri pri dè la «dama i botoyè». I dèvejâvè patê achebin, pye fachilo po fére konyechanthe. «Ditè vê madama, din vouthron cha, vo j’ê on piti “viatike” po la chê?». La dama, l’a hôchi lè j’èpôlè, ma l’a rin de. L’an pâ-mé inchichtâ.

Locarno. Terminus. To le mondo dèchin, a chi momin, la dama chè betè a lègremâ, a chnupâ, a chegotâ. Chè vejin on bokon in rijolin l’i dèmandon: «Tyè ly-a the, vo j’i breji vouthrè botoyè?»

Ma na… Lè botoyè l’è po prindre dè l’ivuè, l’è pâ prê le bon kàr. I vé a San Damiano!

Anne Marie Yerly

 

 

Un voyage bien arrosé

Le car partait à six heures. Tout le monde était là, joyeux, guilleret. Chacun bien installé. Parce qu’il faut dire que les Suisses, en voyage, gardent toujours la même place. Ils ont peutêtre peur de faire des connaissances! Tout le monde était content. Au dernier moment, une dame est arrivée, joyeuse, plus très jeune, mais bien avenante. Elle trimballait un gros sac, et de ce sac l’on voyait guigner quelques bouteilles.

Une dizaine d’hommes, bons amis, avaient décidé de faire un petit tour au Tessin. Ils avaient réservé le fond du car… pour être à l’aise, vous me comprenez. Il y en a qui jouent aux cartes, parfois, il faut croire que le paysage les intéresse peu. Mais nos lurons se réjouissaient déjà de goûter au Merlot du Tessin… ou à quelque chose qui les rendrait bien joyeux.

Après cent kilomètres, ils se sont approchés de «la dame aux bouteilles». Elle parlait patois aussi, plus facile pour faire connaissance. «Dites-nous Madame, dans votre sac, vous avez un petit viatique pour la soif?» La dame a haussé les épaules, mais n’a rien dit. Ils n’ont plus insisté.

Locarno. Terminus. Tout le monde descend; à ce moment-là, la dame se met à verser des larmes, à renifler, à sangloter. Ses voisins un peu souriant lui demandent: «Qui a-t-il, vous avez cassé vos bouteilles?»

«Mais non… les bouteilles, c’est pour prendre de l’eau, je n’ai pas pris le bon car. Je vais à San Damiano.»

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Semsales récidive dans l’exploit!

Premier club romand à remporter un trophée national en 2019, le UHT Semsales a réussi à décrocher la Coupe de Suisse pour la deuxième fois! Impressionnantes de maîtrise, les Veveysanes se sont imposées 5-1 face aux Grisonnes. Reportage au cœur de l'exploit mardi dans La Gruyère.