Message d'erreur

Notice: Undefined offset: 0 in Database::parseConnectionInfo() (line 1585 of /var/www/cms/prod/gru/webroot/includes/database/database.inc).

Rendre au marché 10% de sa raison

Pour. L’immobilier est devenu fou! Voici quelques faits. Ce n’est plus par besoin de logements, mais de rendements que l’on construit. On construit donc trop et mal. Selon les zones, le loyer est 15 à 25% plus cher qu’un logement d’utilité publique (LUP). Je traduis: vous payez deux ou trois mois de trop par an. Les loyers sont la charge principale des ménages (jusqu’à 30% du budget). Or, malgré la chute libre des taux hypothécaires, ils n’ont pas baissé – ce qu’exige la loi – mais fortement augmenté. Souvent, les bailleurs touchent des aides publiques pour des rénovations énergétiques de leurs immeubles, virent leurs locataires aux loyers forcément bas car anciens, rénovent et – abracadabra! – relouent le tout bien plus cher. Le fonds de roulement de 
la Confédération? Il existe depuis des lustres et n’a empêché aucune 
de ces dérives. Je continue? L’initiative de l’Asloca n’a rien d’excessif. Elle force juste les autorités à faire leur job. Trop, un LUP sur dix? 
Il en restera toujours neuf aux milieux immobiliers… Et, contrairement à leur propagande mensongère, il n’a jamais été question de 10% de LUP dans chaque commune, mais à l’échelle de toute la Suisse. Donc d’abord – évidemment! – dans les villes.

Jean Godel


10% déconnectés 
des réalités locales
contre. Peut-on vouloir faire diminuer la pression des loyers sur les budgets des classes précaires et moyennes et voter non le 9 février 
à l’initiative «Davantage de logements abordables»? Cette question divise probablement nombre de citoyens, trouvant la volonté des initiants louable, mais leur solution mauvaise.
A Bulle, malgré un taux de vacance en augmentation, les prix ne diminuent pas. En ces temps de taux d’intérêt négatifs, un appartement vide est préféré à des loyers à la baisse… Mais ce qui vaut pour Bulle ne vaut pas forcément pour Fribourg ou Epagny. Les réalités divergent d’une ville à l’autre, d’une agglomération à une zone rurale. A vouloir graver un quota dans le marbre de la Constitution, ne risque-t-on pas de voir fleurir ces logements là où ils ne sont pas nécessaires? L’initiative n’offre aucune garantie sur ce point. Le contre-projet approuvé par le Parlement, qui alloue 250 millions sous forme de prêts aux coopératives d’habitation, semble plus à même de répondre aux réalités locales.
Un «petit non» dans les urnes permettrait toutefois d’éviter que les milieux immobiliers ne claquent triomphalement la porte au nez des locataires sans entendre leur ras-le-bol.

François Pharisa


 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Des feux d’artifice le 1er Août… dans trois communes seulement

Ce samedi, rares sont les communes gruériennes à proposer des feux d’artifice. La faute au coronavirus.

Certaines ont néanmoins redoublé d’efforts pour perpétuer la tradition malgré tout.

A Bulle, il n’est pas certain que les feux reviennent l’année prochaine.

YANN GUERCHANIK/FRANÇOIS PHARISA

FÊTE NATIONALE. Il manque quelque chose dans les yeux d’Yvan Gougler. Un éclat, une incandescence. L’enthousiasme...