Message d'erreur

Notice: Undefined offset: 0 in Database::parseConnectionInfo() (line 1585 of /var/www/cms/prod/gru/webroot/includes/database/database.inc).

Il est encore temps de changer le scénario


RESPONSABILITÉ CIVIQUE. On peine à y croire. De notre paisible Suisse, nous avions d’abord mal capté l’avant-première chinoise, ne lui prêtant qu’une attention distante. Puis il y a eu son remake italien, terrible: les premiers cas du virus recensés, la razzia sur les masques, les premiers morts, les annulations d’événements
à la chaîne, la courbe épidémique qui s’affole, l’angoisse économique qui monte, puis la fermeture des musées, des cinémas, des écoles, avant le bouquet final, la quarantaine généralisée et les images apocalyptiques dans les hôpitaux. Le choc.
Ce mauvais film sino-italien, nous avons déjà commencé à en jouer les premières scènes. Hier, le Conseil fédéral et les cantons ont dès lors décidé de se donner les moyens d’en modifier le scénario. Tenter l’inédit à temps pour freiner la propagation du virus et éviter la surcharge hospitalière incontrôlable.
Les mesures prises – fermeture des écoles, restrictions d’entrées à notre frontière sud, entre autres – sont draconiennes, parce que la situation est exceptionnelle. Les déclarations, solennelles. Comme Emmanuel Macron jeudi soir, nos autorités ont parlé de «plus grave crise sanitaire depuis un siècle». Soit depuis la grippe
espagnole. Dès aujourd’hui, nous passons à la mobilisation générale. Chacun d’entre nous est appelé à prendre conscience du danger que représente cette pandémie, à faire des sacrifices, à participer à l’effort collectif. Sans panique hystérique ni je-m’en-foutisme naïf. Prenons la mesure du moment, mais faisons-nous
confiance. En nous appuyant sur une organisation sanitaire solide et en faisant preuve de solidarité et de responsabilité civique, nous pouvons écrire une meilleure fin que prévu à ce mauvais film. FRANÇOIS PHARISA

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Des feux d’artifice le 1er Août… dans trois communes seulement

Ce samedi, rares sont les communes gruériennes à proposer des feux d’artifice. La faute au coronavirus.

Certaines ont néanmoins redoublé d’efforts pour perpétuer la tradition malgré tout.

A Bulle, il n’est pas certain que les feux reviennent l’année prochaine.

YANN GUERCHANIK/FRANÇOIS PHARISA

FÊTE NATIONALE. Il manque quelque chose dans les yeux d’Yvan Gougler. Un éclat, une incandescence. L’enthousiasme...