«J’ai dû dire “non” et ce n’est pas facile»

sam, 27. juin. 2020

Nommé lieutenant de préfet il y a deux ans, Vincent Bosson a vécu la pandémie à la tête du château de Bulle, en l’absence de Patrice Borcard.

Le Riazois raconte comment il a répondu à de nouvelles questions chaque jour et comment il a fait respecter l’ordre public durant cette crise.

De retour à la normale depuis une semaine, la préfecture s’attelle à relancer certains dossiers en vue des votations de septembre.

CHRISTOPHE DUTOIT

Comment avez-vous vécu ces trois derniers mois d’intérim à la tête de la préfecture de la Gruyère?

Vincent Bosson. Finalement assez bien, grâce au personnel dans son ensemble qui s’est serré les coudes et qui a fait preuve d’un engagement sans faille. La préfecture n’a jamais cessé de fonctionner durant la pandémie. Bien sûr, nous avons fermé les guichets durant…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Masqués au marché, comme une bulle au centre de Bulle

Jeudi matin au marché de Bulle, une majorité de clients et de marchands portaient un masque de protection. Cerclé de barrières, le centre-ville ressemblait à une enclave. Plusieurs vendeurs fâchés ont préféré quitter le marché. Reportage.

CHRISTOPHE DUTOIT

COVID-19. «Ce matin, ils n’ont pas tous lu La Gruyère!» Sur une terrasse de la place du Marché, on surprend des discussions dignes du Café du Commerce. ...