Chez lui, Raphaël Monney bichonne ses 150 perruches

jeu, 19. nov. 2020

Dans une annexe à sa propriété de Fiaugères, Raphaël Monney élève 150 perruches dans plus de 120 m2. Il a commencé cette activité en 2015 et possède huit espèces différentes aujourd’hui.

MAXIME SCHWEIZER - LEMESSAGER

FIAUGÈRES. Il y en a des rouges, des vertes, des jaunes, des grises, des bicolores… Dans la volière aménagée par Raphaël Monney, environ 150 perruches occupent les lieux. La période de ponte est terminée et seul un nichoir est encore en place. Le résident de Fiaugères a commencé l’élevage de perruches en 2015 et éprouve toujours autant de plaisir qu’à ses débuts. Dès l’entrée dans l’annexe réservée à ses volatiles, Raphaël Monney parle des caractères de ses protégés. «Ce mâle ici est attiré par ces femelles, pourtant il en a une à sa portée juste à côté. Par contre ces…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Ils renoncent à la réouverture pour éviter une faillite prochaine

La deuxième fermeture des cafés, restaurants et autres lieux de rencontres ne restera pas sans conséquences. Les premières entreprises en difficulté annoncent la cessation de leurs activités. Deux exemples bullois.

SOPHIE ROULIN

Leur bail courait jusqu’à novembre 2021. Pourtant, Ana et Alain Paréjas ne rouvriront pas leur établissement de l’Hôtel de Ville, à Bulle, le 10 décembre prochain. «Nous avons pu faire face...