Le centre sportif régional s’installera à La Tour-de-Trême

| lun, 19. Jan. 2015
Le site tourain de la Ronclina a été choisi pour abriter le centre sportif régional. Les candidats ont été sélectionnés. Projet attendu pour le mois de juin.

PAR SOPHIE MURITH

Le dernier arrivé aura raflé la mise. La Ronclina, à La Tour-de-Trême, accueillera le futur centre sportif régional de la Gruyère. Après le retrait par la commune de Bulle, l’an passé, de la Perreire, le site tourain reste seul en lice. Broc, avec la plaine des Marches, a retiré sa candidature.
«La procédure a été menée avec clarté, salue Stéphane Sudan, syndic de Broc. Commune de 2500 habitants, nous n’avions pas les mêmes moyens que Bulle, mais nous souhaitions offrir une alternative.»
Premier critère dans le choix de l’Association régionale la Gruyère (ARG), initiatrice du projet: l’aménagement du territoire. «Le Service cantonal des constructions et de l’aménagement a livré, en janvier 2014, un avis de principe sur l’implantation la plus adéquate par les dix services de l’Etat consultés», indique dans son communiqué l’ARG. «Les préavis étaient majoritairement négatifs à la plaine des Marches», précise Stéphane Sudan.
Broc aurait également dû investir en infrastructures routières et en liaisons avec les transports publics. «La position de la Ronclina au cœur de l’agglomération bulloise, qui regroupe la majorité des élèves et des sportifs gruériens, a aussi été déterminante», selon Yves Menoud, syndic de Bulle.
L’enjeu de la négociation, menée par Patrice Borcard, président de l’ARG, a ensuite porté sur le prix du terrain mis à disposition. Pour lui, il était primordial qu’il soit le plus bas possible, pour que le partenaire privé puisse investir davantage dans le projet. Pour l’heure, le préfet ne divulgue pas de montant – une parcelle, où se trouvent les terrains de foot, est propriété de la commune, la seconde fait l’objet d’une promesse de vente. «Le Conseil général devra se prononcer sur le montant, il me paraît normal de laisser les élus en prendre connaissance en primeur.» Le choix du site était nécessaire pour aller de l’avant avec le concours. «Le projet aurait été différent à Broc qu’à La Tour-de-Trême», note le préfet. Le programme public comprend désormais une patinoire, trois bassins, dont l’un à fond mobile et l’autre avec plongeoir, une halle de gymnastique double et une simple.
La procédure d’appel d’offres sur les marchés publics, lancée en automne 2014, a vu quatre consortiums, suisses et étrangers, intéressés à se lier par contrat pour vingt-cinq ans aux communes gruériennes.
«Le concours sera lancé début février. D’ici à la fin juin, les candidats vont élaborer leurs concepts de planification, architecturaux, et d’exploitation, ainsi que le prix des prestations de construction et d’exploitation.» Ces offres, alors chiffrées, seront analysées par la société conseillère de l’ARG avant que ne se prononce le jury, composé de spécialistes et de membres des collectivités publiques. Ces dernières ne seront pas propriétaires de l’ouvrage, mais achèteront les prestations au partenaire privé.


Voter avant 2016
«J’espère que le centre sportif va rester un projet gruérien et qu’il ne va pas servir de délestage au manque d’infrastructures bulloises»,  ajoute Stéphane Sudan. Yves Menoud dément: «C’est un atout pour toute la Gruyère.» En tant que président d’Espace Gruyère, il se réjouit aussi de l’édification de la patinoire, libérant de l’espace dans le centre d’exposition. «La prochaine étape charnière sera la votation populaire sur le référendum obligatoire.» Ce dernier, comme la modification des statuts de l’association Sports en Gruyère, devrait intervenir avant mars 2016 et le renouvellement des autorités.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Une menuiserie détruite par le feu à Neirivue

Les sapeurs-pompiers et la Police cantonale sont intervenus samedi dans la soirée en raison d'un incendie, à Neirivue. Aucun blessé n'est à déplorer, mais la bâtisse qui abritait une menuiserie a subi d’importants dommages. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes du sinistre.