Première étape réussie pour le centre sportif

| mer, 26. aoû. 2015

Mercredi soir, les délégués de l’Association intercommunale Sports en Gruyère (AISG) ont largement plébiscité les modifications de statuts qui leur étaient demandées. Seules trois communes – Vuadens, La Roche et Haut-Intyamon, représentant 10 voix sur 102 – ont refusé cette ratification.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

La prochaine étape en vue de la concrétisation du Centre sportif de la Gruyère aura donc lieu le 19 novembre, lorsque les communes connaîtront enfin les coûts et les contours du projet.
Après un historique dressé par Patrice Borcard, président de l’Association Régionale la Gruyère (ARG), la commune de Vuadens, hôte de cette assemblée extraordinaire, a fait valoir ses réticences. «Jusqu’ici, 88% des communes gruériennes (n.d.l.r.: 22 sur 25) ont accepté cette manière de procéder. Mais les minorités ont également droit à la parole, a affirmé Daniel Tercier, son syndic. Nous avons posé plusieurs ques-tions et nous n’avons pas pour l’heure de réponse.»
Au terme de sa présentation, Charles Morel, président du jury, a répondu à une vingtaine d’interventions sur des points techniques et financiers du dossier. Il a rappelé que «ce partenariat public/privé doit permettre aux communes au moins 15% d’économie sur les vingt-cinq ans du contrat». Les délégués de l’AISG prendront position le 19 novembre, après que le jury eut analysé les deux dossiers en lice, au début septembre. «Une très bonne dynamique a été initiée ce soir, s’est félicité Patrice Borcard. Que des questions soient posées est normal!» Reste maintenant la question qui était hier soir sur toutes les lèvres: quels en seront les coûts?

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

L'Union des paysans fribourgeois porte plainte

La campagne autour des deux initiatives agricoles est intense dans le canton. Dans un communiqué, l'Union des paysans fribourgeois annonce avoir porté plainte à la suite d'une vague de vandalisme. Dans la nuit de dimanche à lundi, du matériel de campagne prônant le non a été endommagé.