Quasiment plein, l'HFR fait face à une situation délicate

jeu, 10. sep. 2020
Pour l'HFR, cette prise en charge doit rester une exception

L'HFR travaille en flux tendu. Tant au niveau du taux d'occupation (sept lits sont encore disponibles à Fribourg, Riaz est complet) que du personnel, sujet à des quarantaines, entre autres. A cela s'est ajouté le transfert d'une dizaine de résidents de l'EMS de Siviriez à Riaz.

Le transfert des résidents de Siviriez a été possible grâce au réaménagement des unités de chirurgie et d'orthopédie à Riaz, mais désormais tous les lits sont occupés sur le site gruérien. Ce transfert a eu lieu sur la demande du médecin cantonal pour décharger l'EMS glânois. Ces patients ne requièrent toutefois pas de soins aigus, mais du "nursing", des soins d'hygiène et de confort notamment.

"On ne pourra bientôt plus accueillir ce type de patients", a expliqué le docteur Nicolas Blondel du service de médecine interne devant la presse. Pour l'HFR, il faut remédier à cette situation, car ces transferts dans l'urgence et sans indication médicale ne sont pas souhaitables, surtout sur le plan psychologique. "La plupart de ces patients sont très âgés. Ils arrivent dans nos services très agités et instables", indique l'HFR.

Cela se déroule dans un contexte tendu au sein de l'Hôpital fribourgeois. Contrairement à ce printemps, les opérations chirurgicales sélectives ont pu reprendre et depuis le mois de juin l'HFR enregistre une forte activité. En outre, le taux d'absence est particulièrement élevé. En cause, les quarantaines notamment. "Nous rappelons au personnel qu'il faut qu'il prenne ses précautions", partage Nicolas Blondel.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Ils renoncent à la réouverture pour éviter une faillite prochaine

La deuxième fermeture des cafés, restaurants et autres lieux de rencontres ne restera pas sans conséquences. Les premières entreprises en difficulté annoncent la cessation de leurs activités. Deux exemples bullois.

SOPHIE ROULIN

Leur bail courait jusqu’à novembre 2021. Pourtant, Ana et Alain Paréjas ne rouvriront pas leur établissement de l’Hôtel de Ville, à Bulle, le 10 décembre prochain. «Nous avons pu faire face...